Brumes de Novembre

 

Malgré la fête de la châtaigne, le mois de novembre, n'est pas en général synonyme de gaîté.

 

Novembre évoque immanquablement les brumes. Qu'il fasse beau, qu'il pleuve, que le vent souffle en tempête... avec novembre c'est toujours l'image de la brume qui l'emporte, avec ses nuits qui grignotent le jour. Toujours un peu plus.

 

Nuit et brouillard évoquent d'abord l'indéterminé, le chaos... En un mot une perte de sens. La truie n'y retrouverait plus ses petits. Mais les brumes évoquent aussi le cocon au sein duquel on se replie, en sécurité, protégé du regard des autres.

 

L'histoire nous le confirme. Le mois commence par la Toussaint catholique, puis la commémoration de la fête des morts qui remplacent depuis le pape Grégoire IV (830) la fête celte Salmain.

 

Novembre, c'est aussi le 11. L'évocation de l'armistice qui mit un terme à la guerre de 14-18. Un jour de paix certes, mais qui n'effaça pas le souvenir des 9 millions de morts soit 6 000 morts par jours, le retour des
8 millions d'invalides. Le prix de la lutte des Etats-Nations entre eux. Le prix de la lutte pour la suprématie en Europe et dans le monde, à l'époque où la Communauté Européenne n'existait pas. Il est d'ailleurs juste de ce point de vue que le Prix Nobel de la Paix récompense l'Europe. A Lasalle, les 94 cèdres du Bosquet du Souvenir, plantés à l'initiative de François Viala et marqués du nom, du grade et du lieu de décès des soldats du village morts pour la France rappellent le lourd tribut payé. Certes, il n'est pas sain de trop ruminer le passé, mais l'absence de mémoire ouvre trop la voie à la répétition des mêmes erreurs.

 

Comme si l'histoire ne suffisait pas, l'actualité ne prête pas non plus à rire, ou alors avec des intérêts très élevés.

 

La crise des déficits d'abord. Une crise dont on ne voit pas la fin. C'est normal dans la brouillard. Nous nous sentons à la merci d'obscurs récifs qui menacent sans qu'ils soient véritablement déterminés. Le chômage croissant, les difficultés de la majorité à joindre les deux bouts, l'avenir de la jeunesse et donc de nos enfants... tout cela est ressenti concrètement sans que des solutions - autres que des slogans - apparaissent clairement.

 

La crise des déficits ? Pas seulement. Chacun ressent aussi une crise du vivre ensemble. La confiance elle-même semble fuir. Les institutions sont perturbées. L'école apparaît comme un lieu d'échec et d'insécurité, la police révèle en son sein des délinquants, les jugements sont contestés, les médicaments et la nourriture suspectés, les hommes et les femmes politiques ridiculisés, les artistes négligés... Dans ce brouillard on ne voit plus personne à qui se fier. Sauf quelques débrouillards. Du coup, certains se crispent sur une identité sans voir que cette identité elle-même se brouille. De quoi broyer du noir.

 

Nous ressentons tout cela et, en même temps nous le savons bien, tout n'est pas noir : nous vivons moins durement que nos anciens et que bien d'autres populations en Afrique ou en Asie... Nous savons qu'en Europe notre espérance de vie s'allonge et que personne ne meurt de faim, nous savons que nous pouvons nous exprimer librement, que nous avons droit à l'éducation et à la santé, nous savons qu'une guerre entre les grandes nations européennes paraîtrait aujourd'hui saugrenue.

 

Alors revenons à l'antique fête celte Salmain. Elle exprimait cet état transitoire entre le noir et le blanc : le gris de la nuée. Ce gris entre l'ici-bas et l'au-delà, entre ce qui se finit et ce qui va commencer. Elle parlait de ce moment où l'ancien se mêle au nouveau pour former un même brouillard. Elle parlait d'une transition. Et puisqu'on a parlé de la fête des morts, on en trouve un bel exemple dans les recherches médicales actuelles sur la mort.

 

Ces recherches nouvelles ont déjà changé la définition de la mort. Ce n'est plus l'arrêt cardiaque ou des poumons qui définit la mort. Le coeur de battre peut s'arrêter, les poumons de respirer mais si l'activité cérébrale se poursuit ces organes peuvent à nouveau fonctionner. La mort n'apparait plus comme un état soudain et instantané mais comme un processus où le cerveau agit jusqu'au bout au mieux de l’intérêt de la vie. Mieux encore il semble que si la mort est inévitable, le cerveaus'arrange pour la rendre la plus douce possible quelle que soit la cause de la mort. (voir le documentaire ˝dernier souffle˝ de Mark Mannuccisur Arte). Il y aurait un vécu spécifique dans la mort. Deviendrait-elle, elle-même une transition ? On ne sait pas.

 

Le brouillard précède toujours des révélations importantes. Il est même arrivé, dit-on, qu'il ait montré le chemin.

 

Gérard Feldman

 

     Comité de rédaction

              du Grillon

 

             Président:

     Frédéric Bourguet

 

            Membres:

Michaël Berly

Elizabeth Bonnaud

Alain Chevallier

Guillemette Chevallier

Geneviève Lafoux

Philippe Marteau

Luc Meilhac

Michèle Moens

Pascale Pecqueur

Michelle Sabatier

Sophie Thomas-Roubine




       ça y est : le Grillon 

    sort de son hibernation!

 

 

 






   

 Pendant son hibernation,

               le Grillon,

         toujours attentif

           à  l' actualité,

    continue de striduler

    dans le blog ci-joint:

       ne manquez pas

     de lui rendre visite !

      

 

       Si vous avez aimé le                         tome I  de 

       "Fous des Cévennes",

              ne ratez pas                               le Tome II.

      www.editions-Lacour.com

 

 Vu dans " l'Echo des Cévennes": le tome II de Fous des Cévennes" occupe la 5è place des meilleures ventes régionales selon le palmarès établi par la librairie                         Coularou 

     de Saint Hppolyte du Fort !                          (février 2015)

 

 

   

 

    


Ouvrez le livre de recettes du Grillon
Ouvrez le livre de recettes du Grillon

Un goût de Cévennes

 

       ******************

 


  

Infos communales et intercommunales

Cliquez pour accéder à Google Street
Lasalle sur Google Street

Lasalle : conseil municipal et agenda
http://www.lasalle.fr/

Monoblet

http://www.monoblet.org/

Ste Croix-de-Caderle

http://www.saintecroixdecaderle.fr/

Agglo du Grand Alès : http://www.alescevennes.fr/
portal/portal/ac/actu/journal-ales-agglo

CCPM

http://www.piemont-cevenol.fr/

CCCAC

Les comptes-rendus de réunion de la CCCAC sont disponibles sur le site de la commune de Lasalle

 

3175 habitants 12842 hectares
3175 habitants 12842 hectares