Club cévenol

Que fait le Club cévenol nous demande-t-on souvent ? Association nationale avec des groupes locaux très autonomes, nous pouvons répondre pour ce qui est du Groupe " LasalleMr Liron " en particulier sous l'aspect " propositions culturelles et découvertes du patrimoine cévenol ". En juillet-août en effet la section de Lasalle a invité des conférenciers : certains " du cru " (comme on dit) pour valoriser leur perception de l'histoire et des lieux, d'autres reconnus pour leurs compétences dans des domaines divers, qui devraient intéresser les habitants et les visiteurs du val de Salindrenque. Sans entrer dans le détail du programme, lieux, heures et dates (voir pour cela l'Agenda de la commune de Lasalle : www.lasalle.fr) citons :

Conférences en juillet : - Luc Garraud du Conservatoire Botanique National Alpin (CBNA), spécialiste  des communautés végétales (phytosociologie) et des mousses (bryologie) qui abordera le concept de coévolution des sociétés humaines et des communautés végétales et conduira aussi les promeneurs sur un parcours botanique autour du village. - Evelyne Brandts, professeur agrégé d'allemand, correspondante de l'Académie de Nîmes, qui évoquera la vie de Herbert Stein-Schneider, dit Pierre Séguy (ou pasteurs Séguy), dont le nom a été donné à la place (parking) devant le monument en l'honneur du combat de Cornelly pendant la Résistance. - Philippe Rouen, écrivain, petit-fils d'une descendante de la famille Pintard (originaire des Plantiers) auteur d'un ouvrage sur le parcours américain d'Antoine Pintard émigré en 1686 " à cause de la sévérité de mon Roi à l'égard de l'Eglise Réformée et fondateur de la bourse de Wall street.

la suite dans le Grillon papier de juillet/août 2017...

MS

 

Comité des fêtes de Lasalle

Depuis 2016 une nouvelle équipe à repris le Comité des Fêtes pour continuer à animer les fêtes  du Village. Cette année encore nous vous proposons un programme  festif et dansant. Mais ce sera la dernière année, c'est pourquoi nous lançons un appel aux bonnes volontés qui auraient envie de reprendre l'aventure à partir de l'année prochaine. Rejoignez nous pour que le village continue à être animé  les soirs d'été. 

14 juillet 2017 : - A partir de 19h : buvette - De 19h30 à 22h et de 22h à 24 h : musique avec

11 - 12 - 13 Août f - Fête votive et buvette sous les halles Jaqueline Bouvot (Comitedesfeteslasalle1@gmail.com)

 

Collectif d'artistes pour la restauration du temple de Lasalle

Exils du chaos à la fraternité : une exposition ouverte aux quatre vents... Ils l'ont fait ! Ce projet un peu fou de couvrir de toiles peintes les murs extérieurs du temple de Lasalle, ils l'ont réalisé ! Onze artistes à l'affiche : Francette Amiel-Couderc, Christian Astor, Michel Bonenfant, Hélène Bremond, Jacqueline de Coninck, Rika Derickere, Maryse Girgenti, Bernard Le Nen, Olivia Maurey-Barisson, Isis Olivier, Marthe Omé. Onze toiles, format 2 mètres sur 2, qui ne semblent pas si grandes une fois en place. Ce fut pourtant une drôle d'affaire que de les accrocher. Echelles, échafaudage, bonnes volontés. Ils ont travaillé de 9h du matin à 11h du soir et encore le lendemain matin  car bien répartir et aligner droit (enfin presque, on n'est pas au Louvre!) n'était pas facile. Le thème traité était austère : Exils, du chaos à la fraternité. Pourtant, la fraternité est bien là. 

la suite dans le Grillon papier de juillet/août 2017...

Françoise Schmid-Granier et Jacqueline de Coninck

 

Association des amis de la bibliothèque

Les Laboureurs d’Amérique – De la Corniche des Cévennes à Wall Street ou l’extraordinaire destin d’Antoine Pintard-  Philippe Rouen 

« Antoine comprend […] que son existence a enfin trouvé un écrin où les valeurs qui lui sont chères pourront s’épanouir. » Le commerce l’enrichira rapidement et il deviendra juge de paix. Antoine s’éteint en 1732. « En quittant Saint Roman en 1687 par le haut du vacoreligionnaires réformés enchaînés et en partance pour les galères marseillaises, le jeune Pintard, fuit les guerres de religions. Après un long périple à travers la France, il embarque fin Mars 1688 à La Rochelle vers l’île de Saint Christophe aux Antilles où il passe quelques années. Tout est dit dans le titre. Philippe Rouen nous retrace l’histoire incroyable et vraie, d’Antoine Pintard, Cévenol Réformé du XVIIe. En 1686, à Saint-Roman-de-Tousque, Antoine a 28 ans et  « L’esprit de Calvin souffle sur la famille Pintard ». Contrairement à de nombreux sur cette île qu’Antoine le cévenol huguenot à la Foi vivace mais étriquée, passe d’une vision étroite à une vision plus ouverte.  Arrivé en 1691 dans le petit port de New York, llon de la Baume, entre le Col de l’Exil et le col Saint Pierre où serpente aujourd’hui la Corniche des Cévennes, Antoine rêvait à la cité de l’Eternel […], il ne savait pas en posant ses valises sur les quais de l’Amérique en ce jour de printemps 1691, qu’il apportait sa pierre à la construction de ce qui serait un jour New York. » Il ne savait pas non plus que ses descendants suivraient ses pas et inventeraient New York City, ni que son arrière-petit-fils John contribuerait à la naissance de Wall Street ! Philippe Rouen nous conte la fabuleuse histoire des Pintard, en la replaçant dans son contexte : la situation au XVIIe des Cévennes, des Antilles, puis la naissance de New York…. 

Philippe Rouen, docteur en droit et licencié ès-lettres anglaises, a des origines cévenoles et suivi une partie de ses études aux USA.

Guillemette Chevallier

 

Fruits oubliés s'installe à Lasalle

" L'association Fruits Oubliés Réseau est née dans les Cévennes il y a déjà plus de 30 ans, sous l'impulsion de passionnés de variétés anciennes de fruits, conscients du risque de disparition de la diversité fruitière et des conséquences graves que cela aurait sur l'environnement et sur la qualité de notre alimentation. Elle a tout d'abord collecté, multiplié et diffusé les variétés fruitières locales. Elle a ensuite évolué vers une activité éditoriale, avec la revue "Fruits oubliés", qui présente chaque trimestre la diversité fruitière (espèces cultivées et sauvages, variétés traditionnelles), ses enjeux, et les acteurs de sa sauvegarde. L'association est également à l'origine des journées de l'arbre, de la plante et du fruit de Saint Jean du Gard. Elle participe également, au niveau national, au rassemblement des protecteurs de la diversité fruitière, pour porter haut la voix des fruits, et plus largement de la diversité cultivée, indispensable pour des cultures résistantes aux maladies et au changement climatique, et pour des aliments à haute valeur nutritionnelle. Elle milite enfin au niveau européen pour la réhabilitation des cépages interdits, comme le Clinton et l'Isabelle, bien connus dans les Cévennes. L'association vient de déménager ses locaux dans le village de Lasalle, au 75 rue de la Place. Les permanents ous y accueilleront avec plaisir (sur rendez-vous). L'association organise un apéritif pour son arrivée, le samedi 10 juin à 11h, dans ses locaux. Contact : 04 66 85 33 37 / contact@fruitsoublies.org / Retrouvez les publications de l'association et plein d'infos sur le site web : www.fruitsoublies.org "

Martin Lacroix

 

le Collectif du Pont de fer pour la Filature

 

Les associations culturelles réunies pour promouvoir le lieu artistique municipal :

  

Elles sont douze associations culturelles à louer toute l’année la salle de spectacle de la Filature du pont de fer. Depuis plus de trois ans elles se réunissent une fois par trimestre et ont constitué le Collectif du Pont de fer, qui inclut une délégation d’élus municipaux et la régie de coordination.

 

 

 

Les objectifs sont clairement exposés dans la charte : d’abord, proposer aux habitants des animations culturelles enrichies par les réseaux artistiques de tous les membres du collectif ; ensuite améliorer la visibilité des programmes de la Filature ; enfin, proposer une amélioration progressive de l’équipement technique de la salle.

 

 

 

C’est en septembre 2013 que le maire, Henri de Latour, a souhaité engager une réflexion commune avec les associations organisatrices de manifestations, sur la question suivante :

 

« Comment maintenir une programmation riche et de qualité, tout en se limitant aux moyens du village et des associations organisatrices ? » ; il s’agissait à l’époque d’étudier la viabilité d’un poste salarié mutualisé au service commun des organisateurs.

 

 

 

Les membres actuels du Collectif du Pont de fer : Délégation municipale (Michel Lafont et Isis Olivier) – Régie de coordination – As’art – Association Singulier/Plurielle – Centre d’Art JM. Granier – Champ Contrechamp – Cie Les acteurs de bonne foi – Cie Le nez au vent – Cie Microsillon – Cinéco–Club Cévenol – Even – L’Art Scène – Viv’Alto.

 

...La suite dans le Grillon papier de mai/juin 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour le Collectif,
Patricia Marinier (Cie Microsillon)
Odile Vecciani (Régie de coordination)

 

 

 

 

Les Amis de la Bibliothèque de Lasalle

 

 

-  L'Assemblée générale

 

Réunis pour leur AG le 24 février les membres de l'association ont constaté que

 

nos bénévoles continuent à assurer plus de 2300 heures de travail par an qui consistent en :

 

  - des permanences régulières à la médiathèque,

 

  - des lectures une journée toutes les trois semaines pour les classes de maternelle et primaire

 

  - l’achat pour plus de 1000€ en 2016 de livres grâce aux cotisations de nos adhérents (10€ par an et par famille)

 

  - le passage du bibliobus 3 à 4 fois par an

 

  - l’alimentation du blog des Amis de la Bibliothèque http://bibliothequelasalle.blogspot.fr

 

  -  l’organisation de différentes rencontres (lectures, débats, conférence)

 

  -  la lecture d’un livre pour les lecteurs dans chaque Grillon

 

  -  le suivi des 4 brochures éditées ces dernières années (Robert Francisque, des Camisards aux Maquisards, Mémoires du bosquet, et l’empreinte du Magnan)

 

Pour 2017, une grande nouveauté : une de nos bénévoles propose d’animer un atelier d’initiation à l’informatique le vendredi matin.

 

Christiane Lafont a passé le flambeau à Marianne Ginsbourger au poste de présidente avec Sonia Belidian en appui. Isabelle Chinchilla prend le poste de secrétaire. La séance a été levée suivie du verre de l’amitié.

 

 

Christiane Lafont

 

 

 

-  Conseils de lecture

 

Le testament Aulick – Pierre Servent (Roman)

 

 

 

Alexandre Plainlevé est un professeur d’histoire passionné par le passé. Il aime faire revivre les « âmes des disparus » devant ses élèves éberlués, à l’aide de toutes sortes de témoignages et objets de l’époque étudiée.

 

La découverte chez un étrange brocanteur montpelliérain, d’une barrette militaire germano-russe de la Première Guerre mondiale l’intrigua. Elle était accompagnée d’une étrange bible « trafiquée ». « Réparties en plusieurs endroits plusieurs dizaines de pages non imprimées étaient recouvertes d’une écriture serrée au crayon à papier. » Des pages indécelables signées par un soldat allemand : K.

 

C’est à Clara, une collègue professeur, qu’il demande de déchiffrer ces pages…des pages totalement « déstabilisantes » : une véritable confession.

 

Qui était K : l’ami de guerre de deux autres K dès 1914 ? Un soldat bavarois devenu diplomate du IIIe Reich en 1945 ? Un simple écrivain ?

 

Et Clara, cette collègue qui l’obsède mais lui résiste ?

 

Quant à l’étrange monsieur Licorne, cet antiquaire dont il ignore le véritable nom ?

 

 Pierre Servent nous retrace l’Histoire méconnue de l’Allemagne du début du XXe siècle.

 

Le lecteur est interpellé : Comment un homme équilibré a-t-il pu se laisser entrainer dans le sillage d’Hitler ? Comment tout homme peut-il se laisser embrigader ?

 

Malgré ses premières pages un peu longues, un livre passionnant, roman et documentaire. A lire absolument.

 

 

 

Pierre Servent, né en 1954 à Montpellier, est colonel de réserve et ancien journaliste. Il est l’auteur de plusieurs essais. Expert en stratégie militaire il est consultant « défense » de France 2 et dans « C dans l’air »

 

Le testament Aulick est son premier roman.

 

 

 

Guillemette Chevallier

 

 

 

-  Initiation à l'informatique

 

 Contrairement à ce que vous pensez, l'informatique ne concerne pas que les jeunes.

 

L'apprentissage est rapide et apporte une ouverture et des échanges qui enrichissent notre vie intellectuelle et affective et évite parfois l'isolement.

 

En apprenant tranquillement à domestiquer cette souris qui ouvre tant de portes sur le net , vous pourrez de chez vous, avoir accès à l'information, avoir des réponses à tout questionnement personnel et quotidien, resserrer les liens avec des amis éloignés,  envoyer et recevoir des messages et/ ou des photos de proches ...

 

L'Association des Amis de la Bibliothèque de Lasalle vous propose des ateliers, le vendredi de 10h à 12h, le mardi de 16h à 18h, le mercredi de 10h à 12h et de 15h à 18h, le vendredi de 16h30 à 18h et le samedi de 10h à midi.

 

Renseignements et inscriptions au 04 66 83 99 14. Nous fixerons les dates des ateliers en fonction de vos réponses. Merci.

 

Isabelle Chinchilla

 

 

 

 

 Festival Champ/Contrechamp

 

 

 

 

Il est là, il arrive, le festival se déroulera du vendredi 19 mai au samedi 27 mai et concernera, outre Lasalle, les communes de Ganges, Le Vigan, Valleraugue, Pont de Montvert, Ispagnac, Vialas et Anduze ! Un territoire élargi qui s’identifie au classement de Causses et Cévennes au patrimoine mondial de l’Unesco.

 

Festival engagé, cette édition met en avant l’expression « Tout va bien » ! Clin d’œil ironique et désabusé face à un monde de plus en plus inquiétant ou espoir dans les voix montantes chaque jour plus nombreuses pour une société plus juste, plus respectueuse de son environnement, plus humaine ? Nous verrons bien lors de la programmation qui sera présentée début mai.

 

En attendant nous nous réjouissons de la venue de cet événement qui nous propose des projections suivies de rencontres avec les réalisateurs invités et des débats avec artistes, journalistes et personnalités diverses, le tout contribuant largement à la qualité du festival.

 

 

 

Frédéric Bourguet

 

 

 

 Association " De la Balle"

 

 

 

L’idée d’une association sportive sur Lasalle est venue d’une bande de copains qui se rassemblait régulièrement pour jouer au football.

 

Toujours plus nombreux grâce à l’ambiance et au bouche à oreille, nous jouons tous les jeudis à 18h depuis deux ans. Cette activité de loisir destinée aux adultes, avec la présence de quelques jeunes, permet de partager un moment entre personnes d’horizons divers.

 

 En créant l’association, nous voulions promouvoir le sport dans son ensemble.

 

 L’investissement de la mairie dans des buts de foot à 7, a favorisé la venue de jeunes toujours plus nombreux. Puis des rencontres de tennis se sont organisées et des cours  sont proposés. Cette nouvelle activité vient s’ajouter à celles menées lors des T.A.P. à l’école de la commune. Nous aimerions avoir du volley-ball au stade les dimanches ; avis aux amateurs ! De nombreux jeunes sont en demande de football encadré. De plus, il manque des propositions pour les moins de cinq ans …

 

Bien sûr nous souhaiterions un développement plus important des infrastructures sportives de la commune, même si beaucoup a déjà été fait : tonte de la pelouse, entretien des locaux et éclairage. Nous espérons notamment le nivellement du stade, le changement des filets de tennis, la mise en place des nouveaux buts de foot. Tout cela ne pourra se réaliser qu’avec la participation des usagers et des services de la mairie.

 

 Le 14 juillet, l’Amicale Sportive de Lasalle, regroupant plusieurs associations, prévoit une journée sportive : tournoi de football, tournoi de tennis, randonnées pédestres, course cycliste, et concours de pétanque. D’autres propositions sont possibles, et toutes les aides seront les bienvenues.

 

Dans une ambiance amicale, nous cherchons à pérenniser le sport sur la commune et avoir des projets. Le sport valorise des notions essentielles à notre bien-être physique, mental, respect des autres et des règles de jeu, connaissance de son corps. C’est dans cet esprit que je vous invite à participer, vous investir ou simplement venir profiter d’un moment ludique et sportif.

 

 Que ce soit avec une association ou à titre personnel, partager des moments ensemble, permettra d’enrichir et d’améliorer notre vie collective et personnelle.

 

 

 

Guillaume Beccherle Tel : 06 86 96 12 16 Mail : rasbecc@yahoo.fr

 

 

 

  

 

 

 

Le rôle des associations

 

Les associations jouent un rôle largement méconnu dans beaucoup de domaines : le sport, la culture, le social, la santé, l'environnement. Il y a aujourd'hui entre 15 500 et 16 500 associations dans le Gard animées par des bénévoles dont le nombre varie de 160 000 à 170 000. En France existent 1,3 million d'associations déclarées, animées par 16 millions de bénévoles et employant 1,8 millions de salariés (un salarié sur dix, plus que la construction ou les transports) soit environ 11 % de l'emploi du secteur privé.

 Dans le Gard, c'est l'arrondissement de Nîmes qui regroupe la majorité des associations (68 %), suivi de celui d'Alès (22 %) et de celui du Vigan (10 %). Le rythme de création des associations a faibli dans les années 2009 et 2011. Depuis il se redresse sans avoir retrouvé la dynamique des années 2005 à 2008. Les principaux domaines d'activités concernés sont la culture, le sport, les loisirs. Viennent ensuite le social, l'économie, puis l'environnement et la santé.

 Chaque année, plus de mille nouvelles associations sont créées dans le département. Mais cette dynamique cache aussi une certaine instabilité car les associations sont largement soumises aux fluctuations budgétaires et à celles des motivations de leurs membres et de leurs dirigeants... Une association c'est fragile et, comme les espèces en danger, il arrive que cela disparaisse. Pourtant ce n'est jamais une bonne nouvelle car tout ce qui est organisation « venue du bas » (« bottom up » comme disent les Anglais) nous ouvre des espaces de liberté précieuse, nous grandit en nous donnant des responsabilités et crée du « lien social » physique, intellectuel et affectif. C'est un grand mérite de les conserver et de les faire prospérer... tout en les transformant pour les rendre aptes à s'adapter à mesure que le temps passe. 

 

Michelle Sabatier

(Chiffres extraits du rapport « L'essentiel de la vie associative dans le Gard » - Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports).

 

 

 Amis de la bibliothèque

Chanson douce – Leïla Slimani (Roman)- Prix Goncourt 2016

 

« Ma nounou est une fée » Ce sont les paroles de Myriam quand elle raconte comment Louise a sauvé sa famille du désastre lorsque, avocate, elle décide de reprendre son travail. En quelques semaines la maison pagaille de Myriam et Paul est rangée et réorganisée. Les enfants, Mila et Adam, sont calmes et le diner prêt le soir à leur retour. « Ils ont le sentiment d’avoir trouvé une perle rare, d’être bénis ». Parfois de légers détails irritent la mère de famille… mais elle ne réagit pas. Tout va bien pour les enfants, c’est le principal et elle n’a pas le temps.

La nounou prend de plus en plus d’emprise sur le foyer....

 

Le livre débute par la scène finale, un tableau d’horreur. La nounou a tué les deux petits enfants dont elle avait la garde. « Le bébé est mort. Il a suffi de quelques secondes. »

Leila Slimani ne nous ménage pas.

Un récit bien construit et original, incitant à lire la suite. Des phrases courtes et incisives, pas de sentimentalité, des faits et des descriptions précises provoquant au fur et à mesure de la lecture un certain malaise.

Le lecteur suit l’évolution du mécanisme : une nounou trop parfaite dans un foyer qu’elle voudrait idéal, face à des parents trop préoccupés par leur carrière.

 Un thriller psychologique et social mené de main de maître. Un roman qui fait froid dans le dos par son réalisme.

Un roman brillant et de lecture agréable !

 

Leïla Slimani est née en 1981 à Rabat au Maroc, d’une mère franco-marocaine et d’un père marocain. Journaliste, « Chanson douce » est son deuxième roman.

 

Guillemette Chevallier

 

 

 Comité des fêtes

 

Le comité des fêtes sort de son repos hivernal... et s'inquiète de l'avenir. Nous remercions tous ceux qui se sont engagés en 2016 pour leur participation active. Comme bon nombre d'associations nous manquons de bénévoles, certains membres du bureau sont démissionnaires. La réception des diverses manifestations de l'année 2016 a été en majorité positive : pour continuer dans cette démarche rejoignez-nous, faites-nous part de vos expériences, de vos idées, de vos envies, de vos attentes, de votre bonne humeur... A bientôt

 Jacqueline Bouvot

Comitedesfeteslasalle1@gmail.com 

 

 Champ-Contrechamp : le Festival du film documentaire

 

Le 14 janvier dernier, s’est tenue l’assemblée générale de l’association Champ-Contrechamp qui organise le « Festival international du documentaire en Cévennes » depuis 2015, date à partir de laquelle la diffusion du festival s’est élargie à six communes en sus de Lasalle.

Pour mémoire, Champ-contrechamp est une structure consolidée, avec une centaine d’adhérents et deux salariés, l’un à mi-temps et l’autre en contrat aidé. Le budget de l’association s’élève à près de 100 000 euros, grâce notamment au concours indispensable du mécénat, et 110 bénévoles se rendent disponibles pendant la manifestation.

Cette AG fut l’occasion de tirer un bilan de l’édition 2016 et de découvrir les premières tendances de la programmation 2017.

En terme de bilan d’abord, 2016 qui fut l’année des 15 ans du festival, a été un bon cru : près de 6500 entrées payantes, neuf jours de diffusion sur dix salles, 2/3 de films étrangers, une soixantaine d’invités représentant quinze nationalités différentes, huit films réalisés localement avec les ateliers Varan, une belle et riche diversité.

Les différents partenariats mis en place avec le Parc national des Cévennes (film réalisé avec les enfants de l’école de Lasalle), le Rectorat (séances réservées au public scolaire), ainsi que la Faculté des lettres de Montpellier (implication des étudiants de la section cinéma) ont également contribué à la réussite de cette édition qui, cette année encore, a cherché à associer le plus possible la population à travers une dizaine d’associations locales.

Pour 2017, l’ambition est forte avec le renouvellement et l’extension des partenariats, et un objectif de sept mille entrées ! Une certaine forme d’ironie est également exprimée avec le thème de cette édition : « Tout va bien ! »

 

...la suite dans le Grillon papier de mars/avril 2017

Frédéric Bourguet

 

 

 Club cévenol

 

L’Assemblée générale du Club cévenol, Groupe du mont Liron, qui s'est tenue à Lasalle samedi 28 janvier, a réuni une quarantaine de participants. Elle a donné l'occasion de projeter le film de Raymond Achilli : « Passeur de vie, passeur d'histoires » consacré au parcours de Daniel Travier, directeur du Musée des vallées cévenoles à Saint-Jean du Gard. En présentant son propre cheminement et l'histoire des collections, il dévoile les fondements de sa passion dans son attachement à la culture cévenole. Son travail de recherche est un bel exemple de la formation par la pratique, l'expérience et la rencontre avec l'autre : cinquante ans de collecte d'objets associés au recueil du témoignage des acteurs d'une société aujourd'hui disparue.

Raymond Achilli, son réalisateur, y associe sa sensibilité propre avec un souci d'authenticité de l'image et de recherche de l'angle, de l'éclairage, du cadrage, qui parlera directement au cœur du spectateur. Le film est aussi une réflexion sur ce que l'historien Philippe Joutard et l'ethnologue Jean-Noël Pelen entendent par la notion de « reflet d'une société vivante ». Une belle étape avant l'ouverture de la Filature de Maison Rouge.

 

Michelle Sabatier

 

 

 VIV'ALTO

 

Sans attendre la fin de l'hiver, Viv'Alto reprend son élan avec deux concerts en mars et avril :

Lundi 6 mars à 20h30 à l'église Saint Pierre

Le Trio Quodlibet (violon, alto, violoncelle) interprète les « Variations Goldberg » de J.S.Bach, version trio à cordes de Bruno Giuranna.

Une anecdote à propos de ces « Variations » mondialement célèbres : le comte von Keyserling de Leipzig, souffrant d’insomnie, avait un domestique nommé Goldberg qui était claveciniste, élève de Bach, et chargé de distraire les nuits de son maître. Mais celui-ci en avait assez d’entendre les mêmes pièces ... Il demanda alors à Bach de lui composer une nouvelle œuvre. Ce dernier lui proposa ces magnifiques et très difficiles variations (ce qui laisse supposer le niveau du domestique !), synthèse de tout l’art du clavier et de l’écriture. (Jean-Marc Onkelinx Musicologue)

Mardi 4 avril à 20h30 à l’Eglise Saint-Pierre

L. Van BEETHOVEN : Sérénade pour flûte, violon et alto,

J. CANTELOUBE : Chants d'Auvergne pour flûte et harpe,

L. de SAINT LUBIN : Variations pour violon seul sur un air de DONIZETTI,

C. DEBUSSY : Sonate pour flûte, alto et harpe.

Les interprètes seront des « habitués » (et amis...) de Vivalto : Pierre-Henri Xuereb, altiste, directeur artistique du festival, Fabrice Pierre, harpiste et chef d’orchestre, Dejan Bogdanovic, violoniste. Ils seront exceptionnellement accompagnés d'un invité d'honneur : Patrick GALLOIS, flûtiste.

Patrick Gallois fait partie des musiciens français qui occupent le devant de la scène musicale internationale. Nommé à 21 ans première flûte solo de l'Orchestre National de France, sous la direction musicale de Lorin Maazel, il a joué sous la direction de Léonard Bernstein, Seiji Ozawa, Pierre Boulez, Karl Boehm, Eugen Jochum, Sergiu Celibidache au cours d'une carrière qui lui a fait connaître les orchestres du monde entier.

 

...la suite dans le Grillon papier de mars/avril 2017

Marie-Hélène Bénéfice

 

 Association Le Filon : vos fruitiers

Les arbres fruitiers sont présents partout dans notre territoire des Cévennes, bien adapté pour de nombreuses espèces, ils offrent une très grande diversité de variétés traditionnelles locales. Encore faut-il savoir comment les cultiver pour garantir leur succès. L'association Le Filon est née en 2008 de la volonté de permettre au plus grand nombre de se ré-approprier les savoir-faire simples liés au verger. Elle organise des journées thématiques qui visent à acquérir les quelques compétences techniques spécifiques nécessaires pour être autonome dans son verger et qui mettent en œuvre des pratiques respectueuses des arbres et de leur environnement. La méthode pédagogique développée est active et participative. L'accent est mis sur la pratique car seuls les exercices permettent les réflexions globales et l'analyse.
Tout au long de la journée alternent des séquences théoriques qui permettent la compréhension, des démonstrations qui améliorent l'ancrage, et des mises en situation où s'acquiert l'habileté du geste et l'assurance.
Rendez-vous à 9 h ou 9 h 30 à Paillière dans le verger pédagogique, sauf pour les sessions autour de l'olivier qui se déroulent à Lasalle. Les dates sont choisies en fonction de la lune. 

25 € la journée, sauf greffage des fruitiers (30 €)

Greffage des oliviers (Lasalle) 4 mars et 29 avril

Taille des oliviers (Paillière) : 18 mars

Greffage des fruitiers (Paillière) : 25 mars

Pierre sèche (Paillière) : 22 avril

L'inscription est obligatoire pour prévoir la documentation. Envoyez un SMS au 06 20 16 66 86 ou un mail à contract@lefilonvert.org

Sylvie Dupard

www.lefilonvert.org

 

Rencontre autour de l’Ayurveda

 

L'Ayurveda est la science de la vie et l'art de vivre indien. Son approche envers la santé se base sur notre lien avec la Nature, sur l'observation et sur l'expérimentation. C'est un système de soin préventif autant que réparateur qui prend en considération l'être dans sa totalité. En Ayurveda le système digestif est l'acteur principal de la santé.

 

Le 9 mars à 15h l'association « Le jardin de l'éveil » (www.lejardindeleveil.fr) présente les bases de l'Ayurveda, en focalisant sur notre système digestif, dans les locaux de « Interactivités », au 118 Rue de la Gravière (RDC première porte à gauche).

La participation est sur la base du prix libre et conscient.

 

« Interactivités » est une association loi 1901 basée à Lasalle, qui a pour objet de faciliter la pratique d'activités culturelles, artistiques et de loisirs ainsi que la communication autour de ces activités. Contact : infos@interactivites.fr, 09 50 19 14 99 (répondeur).

 

Silvana Möllerhenn

 

 

Fédération de chasse : cultures faunistiques

Certains ont pu voir un panneau « cultures faunistiques » sur la route entre Monoblet et St Hippolyte-du-Fort et se poser la question : de quoi s'agit-il ? Ou mieux encore : c'est pour engraisser les sangliers ! Et bien non...

Le dispositif « cultures faunistiques » a été initié il y a de nombreuses années afin de favoriser les populations de « petite » faune (lièvre, lapin, perdrix...) et fournir une alternative au développement des friches. La création de cultures à but faunistique contribue au maintien des milieux ouverts et crée des milieux de vie, de refuge, d'alimentation et de reproduction favorables. Cette action permet la revalorisation biologique des milieux fermés ou en cours de fermeture par les broussailles ou le boisement. N'oublions pas en effet que la « fermeture » des milieux (jusqu'à 90 % de la surface dans certaines parties du territoire) est l'un des aspects les plus néfastes à la richesse de la biodiversité.

Les cultures faunistiques ont de nombreux intérêts, comme par exemple :

elles contribuent à capter les eaux de ruissellement,

elles assurent de meilleures connexions entre les territoires favorables à la faune ;

elles permettent d’augmenter la surface accueillante à ces espèces sur une exploitation agricole ;

elles embellissent le paysage et limitent le risque incendie ;

elles participent à la conservation de nombreuses espèces d’intérêt patrimonial (Aigle de Bonelli par exemple) ;

sources de nourritures directes (graines, parties vertes, fleurs), ou indirectes (développement des insectes dont se nourrissent les poussins de nombreuses espèces d'oiseaux), elles maintiennent en même temps des lieux de vie, refuge pour la faune.

Associations de chasse, collectivités, agriculteurs, propriétaires, aménageurs peuvent trouver conseils et renseignements sur l’implantation de cultures faunistiques (diagnostics préalables à l’implantation, définition du mélange d’espèces adaptées…) auprès de la Fédération Régionale des Chasseurs du Languedoc-Roussillon  (04 67 73 27 70).

 Michelle Sabatier

 

                         +  +  +  +  +

                                                            

Association des amis de la bibliothèque 

« Le charme discret de l’intestin » – Giulia Enders

 

« Notre sphincter interne est un petit gars tout en muscles. Sa devise : « Quand il faut que ça sorte, il faut que ça sorte. » Et il n’y a pas là matière à tergiverser pendant des heures. Le sphincter externe, lui, doit toujours faire face à la complexité du monde extérieur. »…

Giulia Enders, jeune allemande étudiante en médecine, nous dit tout sur cet organe encore mal aimé, pourtant considéré comme un second cerveau : notre intestin. L’auteure nous convie à une visite guidée très détaillée de notre tube digestif : « le jardin secret »  de la bouche, l’œsophage « pro du remue-ménage », l’estomac « petite poche de guingois », l’intestin grêle « grand zigzagueur devant l’Eternel » etc. Tous nos organes digestifs ainsi que leur fonctionnement sont expliqués avec beaucoup d’humour. « Les deux intestins, le grêle et le gros, n’ont pas la même philosophie du travail. Le gros intestin est plutôt du genre tranquille […] Il suit son instinct. »

La promenade terminée, Giulia Enders nous signale les gros besoins de cet intestin pour bien faire son travail. Les troupes indispensables de bactéries et d’enzymes, les prébiotiques, et les probiotiques… l’auteure nous invite à prendre garde à nos comportements alimentaires pour faire du bien à notre ventre. C’est en termes simples et pleins d’humour qu’elle nous explique le rôle joué par ce deuxième cerveau dans certaines maladies telles que Parkinson, surpoids, dépression, allergies … Impressionnant ce monde de l’infiniment petit qui s’active à l’intérieur de notre corps !

Un livre à lire absolument, qui permet de s’instruire avec beaucoup de plaisir, les illustrations humoristiques de Jill Enders, sœur de l’auteure, y participant. Véritable phénomène de librairie en Allemagne, ce livre est maintenant publié dans vingt cinq pays.

Guillemette Chevallier

 

 Maison de retraite

L’association des bénévoles de la maison de retraite a repris ses activités depuis le mois de septembre.

Le jour de notre rentrée, nous avons organisé un loto gratuit pour les résidents avec 10 quines à la ligne et 2 cartons pleins : Un réservé aux dames et un pour les messieurs.

Pour la semaine bleue, c'est la chanteuse Isa qui a animé l'après-midi du dimanche avec le répertoire des chansons anciennes de notre midi. Ce moment récréatif s'est terminé par un goûter (sacristains et boissons) offerts par l'association à toutes les personnes présentes : résidents, bénévoles, visiteurs et personnel.

Le Père Noël des bénévoles est passé aux Glycines le lundi 26 décembre après-midi : distribution des cadeaux à chaque résident, chants sur le thème de l'hiver par Isa suivis d'un goûter et boissons pour tous.

Pour 2017, nous avons déjà 2 grandes animations au programme pour le premier trimestre : notre loto annuel le : samedi 11 février et l’assemblée générale de notre association le 11 mars, suivie d'une animation avec le grand chœur St Christolen (environ 50 choristes). Goûter et boissons offerts.

Magalie Crouzet

Présidente des bénévoles

 

 Association des Parents d'Elèves

L'A.P.E. de l'école du Colombier de Lasalle a renouvelé son bureau pour l'année 2016-17. La présidente élue est : Mme Christelle Artigues. Le but de cette association est d'agir ensemble pour organiser des activités d'enseignement ou présentant un intérêt particulier pour les élèves et les familles. Elle apporte également un soutien financier aux projets pédagogiques. Plusieurs manifestations sont déjà programmées pour le 1er semestre 2017 : carnaval (11 mars) et loto (26 mars), puis marché de Pâques, tournée de brioches, fête des enfants, vide-grenier, fête de l'école etc.

Christelle Artigues

 

 Association pour la préservation de la Vallée de la Salindrenque

Le Grillon a été informé par l'association de l'existence d'une pétition (https://www.change.org) qui avoisine les 700 signatures (début décembre)  contre la « disneylisation » de la vallée, suite aux aménagements du camping « Le Filament » (ex « La Pommeraie ») aujourd'hui géré par le groupe « Capfun ». Les témoignages des riverains font état d'un bruit de voisinage gênant et persistant : « Malgré de nombreuses plaintes des riverains auprès des responsables du camping, nous constatons que, hier au soir, le 25 août, une soirée festive nous empêchait de nous tenir sur notre terrasse. L’intensité sonore était hors norme, les bruits d’amplificateurs remplissaient l’espace pourtant vaste et criaient leur mépris de la nuit, de la vallée de la Salindrenque et de tous ceux qui vivent dans cette vallée. ». « En acquérant ce camping les nouveaux propriétaires n’ont peut-être pas réfléchi au fait que « ici » n’était pas partout ailleurs et que « ici » était constitué de personnes vivantes qui avaient une idée de leur région, de leur village, de leur patrimoine ; les attaches sont toujours variées mais il ne viendrait à l’idée d’aucune de ces personnes  de s’emparer de la nuit des autres, de leur tranquillité et de leur espace visuel en l’enlaidissant. »

L'accueil de plus de 700 personnes sur une surface limitée (7 ha) dans une commune (Thoiras) qui dépasse à peine les 400 habitants n'est pas sans poser de problèmes. Aussi nous avons confronté le questionnement des " pétitionnaires " et le point de vue des gestionnaires du camping, sachant bien que chaque partie tire l'information dans la direction qui correspond à son ressenti : 

la suite dans le Grillon papier de janvier/février 2017...

Michelle Sabatier

 

   Le Club Cévenol et le Camping "Le Filament"

 Association créée en 1894 et forte de plus de 1500 adhérents, le Club Cévenol a pour but, depuis plus de 120 ans, de sauvegarder le patrimoine naturel et culturel des Cévennes et des Causses et de promouvoir un tourisme respectueux de l'esprit des Cévennes. La Section de Lasalle est consternée par l'évolution du Camping de la Pommeraie, devenu le Filament à Thoiras : forte densification des implantations de mobile-homes, équipements ludiques imposants aux couleurs vives, développement des animations diurnes et nocturnes sans respect pour le site ni pour le voisinage…. Ces équipements ne respectent pas les spécificités des Cévennes et les formes de tourisme que le Club Cévenol souhaite voir se développer.

la suite dans le Grillon papier de janvier/février 2017...

Le président du " Groupe du mont Liron " du Club cévenol,

Alain Chevallier.

 

 

 

Amis de la bibliothèque " Petit pays " – Gaël Faye

 Un magnifique premier roman du rappeur Gaël Faye né au Burundi.

 

1993 à Bugarama au Burundi, Gaby et Ana vivent leurs derniers jours d’insouciance. Leur père, entrepreneur français, et leur mère, Rwandaise très attachée à son pays, vont se séparer alors que la violence envahit progressivement ce « petit pays » voisin du Rwanda.

 

Au Burundi, comme au Rwanda on trouve plusieurs ethnies dont les Hutu « ils sont petits avec de gros nez » et les Tutsi « comme votre maman […] ils sont grands et maigres avec des nez fins. » « Pourquoi se font-ils la guerre ? » « Parce qu’ils n’ont pas le même nez. » Gabriel dit Gaby, se remémore ses moments d’enfance, ses équipées souvent cocasses avec les copains africains, les mangues volées, la beauté des massifs de bougainvilliers et des haies d’ibiscus, l’immense bibliothèque de madame Economopoulos avec qui il découvre le plaisir des livres. Un petit pays mais un paradis. Puis l’enfance est bousculée, « Cet après-midi-là, pour la première fois de ma vie, je suis entré dans la réalité profonde de ce pays. J’ai découvert l’antagonisme hutu et tutsi […]. La guerre, sans qu’on lui demande, se charge toujours de nous trouver un ennemi. »

 

Le pays a basculé. Au Burundi « on vivait dans cette atmosphère étrange, ni paix ni guerre […] L’insécurité était devenue une sensation aussi banale que la faim, la soif ou la chaleur »... « La fureur et le sang côtoyaient nos gestes quotidiens.»…jusqu’au jour ou Gaby et sa petite sœur Ana sont envoyés en France.

 

« On ne doit pas douter de la beauté des choses, même sous un ciel tortionnaire. Si tu n’es pas étonné par le chant du coq ou par la lumière au-dessus des crêtes, si tu ne crois pas en la bonté de ton âme, alors tu ne te bats plus, et c’est comme si tu étais mort. »

 

Gaël Faye nous conte avec talent et sensibilité l’histoire de ce peuple meurtri.

 

Guillemette Chevallier

 

 

Association " Les Pitchounets "

 

 

 

Il est des associations tellement actives, et des gens tellement engagés dans leur « asso », que le Grillon peine à rendre compte de tout ! C'est le cas des Pitchounets qui nous envoient régulièrement leur superbe bulletin « La Gazette des Pitchounets » : 16 pages pour la dernière édition !

 

C'est vrai que l'actualité ne manquait pas, nous devrons nous contenter d'évoquer la grande kermesse du 9 juillet avec concours de pétanque, loto, twirling, concert de la fanfare « Les Ambassadeurs », défilé de mode des stylistes locales (Sarah et Aurélia), mais aussi les ateliers métiers : « petit mitron », ferrage de chevaux, tissage et filage comme autrefois, fabrication de pompons (pour les transhumants), apiculture, couture, peinture, poterie, masques de théâtre, jeux divers (du maquillage au « photo-ma-tronche » et de la pêche aux canards à la soirée « mousse » etc.). Sans oublier la visite de la fameuse « marraine » Alexandre Lamy !

 

Tout ça grâce aux bénévoles et aux partenaires publics et privés (CCI d'Alès, Chambre des métiers du Gard). Un élan de solidarité qui fait chaud aux cœurs des Pitchounets et de leurs familles : Louane, Auriane, Louis, Enzo, Romain, Hugo, Léo et Quentin...

 

Grâce aux fonds récoltés ces familles pourront bénéficier d'une aide en lien direct avec l'état de santé de l'enfant malade ou en situation de handicap. Si vous voulez vous associer à cette chaude dynamique vous pouvez retrouver les Pitchounets le samedi 5 novembre à 11 h à la salle polyvalente de Vabres (bilan et projets). Renseignements : pichounetslasalle@gmail.com

 

MS

 

 

 

 Vivalto 2016 : 4e édition de la Fête de l'Alto

 

La dernière « Fête de l'Alto », du 22 au 27 août, a eu un caractère particulièrement exotique grâce à la présence d'un groupe de plus de vingt jeunes chinois de Pékin et sept jeunes coréens de Séoul, découvrant la France grâce aux classes de maîtres auxquelles ils ont studieusement participé, au côté d'autres stagiaires de nationalités diverses (33 stagiaires en tout). 

 

Bilan :

 

- 800 entrées aux concerts, réparties entre Lasalle, Ste Croix de Caderle et Valleraugue, avec une palme particulière au concert donné dans le temple de Lasalle où un public très ouvert a pu prendre place (peut-être grâce à l'heure moins tardive que les autres). Les lieux investis témoignent de l'accueil reçu : église, temple, filature, foyer Viala, école, cure, foyer les Glycines… sans compter les gîtes, pour accueillir les 55 personnes logées, et la restauration (repas de midi servis à l'Etape du randonneur ceux d'après concert préparés par Viv'alto).

 

- 7 musiciens professionnels ont animé six « classes de maîtres » et un « atelier chant », grâce auxquels une grande variété de talents a pu s'exprimer.

 

- 17 bénévoles se sont donnés sans compter (ainsi que les hébergeurs bénévoles) !

 

Projet :

 

Comme en 2015, des subventions ont été versées par la commune de Lasalle et la communauté de communes « Causse Aigoual Cévennes – Terres Solidaires ». Nous espérons pouvoir obtenir aussi l'aide financière promise par Alès mécénat..

 

Pour la 5ème édition, en 2017, est prévue la venue de musiciens et choristes norvégiens. Deux concerts sont annoncés dès le printemps : un quatuor italien « Jeunes Talents » et Dejan Bogdanovic (violoniste que les habitués connaissent bien). En attendant, rendez-vous le samedi 29 octobre à la filature du Pont de fer pour un concert innovant en trio : clarinette (Nicolas Stimbre), marimba (A. Charabinaud) et accordéon (S. Mazoyer) : « Musique nomade » (venue des pays de l'Est).

 

Marie-Hélène Bénéfice

 

 

 Un moment de partage aux jardins partagés

 

 

Sous un beau soleil et une chaude température, le samedi 10 septembre, Stéphanie nous a fait découvrir « les jardins partagés ». Ils sont une vingtaine de familles à se partager des parcelles individuelles et une parcelle collective pour semer, cultiver, récolter. Chacun fait selon son idée avec un échange des connaissances. L’ensemble est très poétique, il y règne une atmosphère bucolique. Un atelier de poterie permettait aux enfants de réaliser des petites figurines… Puis ensuite, nous nous sommes retrouvés petits et grands, sous un arbre pour écouter Solène, qui nous a conté de belles histoires… L’auditoire était très attentif ! De magnifiques salades toutes aussi appétissantes les unes que les autres, rouleaux de printemps et autres nombreux mets furent partagés. L’après-midi certains échangèrent, d’autres s’exprimèrent en musique et chansons et les artistes comme Nicolas et Jean-Paul, nous firent découvrir le Land’ art au travers de deux sculptures.

 

« Le jardin est ouvert si vous souhaitez le visiter, nous rencontrer ! » Chaque Lasallois ou association lasalloise peut faire une demande de parcelle (s'adresser à  jardinsdemeraudes@gmail.com). Au plaisir de vous y croiser.

 

Idelette Deshons-Marteau

 

 

 

Assemblée générale de l’APAHL « Une association qui se veut force de proposition ».

 

 

 Le 17 août dernier, l’Association pour l’aménagement harmonieux de Lasalle, forte de plus de 90 adhérents, a tenu son Assemblée générale annuelle en présence d’une quarantaine de participants.

 

Lors de la présentation du rapport moral, Frédéric Bourguet, s’exprimant au nom du président Jacques Ramat, excusé, a rappelé les principales actions engagées au cours de l’exercice écoulé ; parmi celles-ci, on retiendra plus particulièrement :

 

   la veille attentive concernant le PLU, dossier dont l’avancement a été une fois de plus retardé dans l’attente de l’étude relative à l’écoulement des eaux de pluie ; si l’on peut s’attendre à ce que l’enquête publique ne soit pas lancée avant le printemps 2017, l’APAHL sera, il va de soi, attentive à faire part de ses observations le moment venu ;

 

   le lancement, sous l’égide de Nathalie Masselin, d’un important travail d’enquête relatif à l’esthétique des façades et ouvertures s’appuyant sur une revue des réfections réussies dans des villages du Languedoc.

 

Traçant les perspectives pour l’exercice à venir, l‘Assemblée a décidé – outre la poursuite du suivi de toutes les actions importantes pour le village – du lancement de deux groupes de travail :

 

  le premier, relatif aux prescriptions architecturales, aura vocation, en s’appuyant sur le travail d’enquête déjà réalisé sur le sujet, à dégager des recommandations concrètes (façades, palettes de couleurs, ouvertures…) en vue de la transmission d’un document à la municipalité ;

 

  le second, partant du constat des difficultés de circulation dans le village devra, sans faire abstraction des différentes études d’ores et déjà réalisées sur le sujet, formuler des préconisations aussi concrètes que réalistes.

 

Une association impliquée, donc, dans la vie du village, qui revendique sa légitimité à être entendue sur tous les sujets intéressant le devenir de Lasalle.

 

Contact APAHL : apahl30460@gmail.com

 

Sophie Thomas-Roubine  

 

 

Club cévenol : Artisans et commerçants dans les années cinquante

 

 

 Le Club cévenol vous a proposé cet été en juillet et août une nouvelle balade animée par Alain Robert. Vous étiez nombreux à venir découvrir ou à vous remettre en mémoire les artisans et commerçants qui longeaient « la rue » de Lasalle dans les années 50.

 

Ils étaient une centaine qui faisaient vivre Lasalle et apportaient aux habitants tout ce dont ils avaient besoin : boulangers-pâtissiers, bouchers-charcutiers, menuisiers, cordonniers, cafetiers, garagistes (sans être exhaustif), mais aussi laitières, maréchal-ferrant, tailleur, bourrelier, … sans oublier la personne qui apportait les télégrammes et celle qui distribuait à domicile le journal quotidien, à l’heure qui lui convenait…

 

Nous n’allons pas les recenser un par un, mais en prendre quelques-uns au hasard pour vous donner envie de participer l’été prochain à cette balade. Vous y trouverez certainement un peu de nostalgie, de l’amusement aussi et évidemment conscience d’un monde qui change.

 

  L’épicerie Pantel qui proposait des produits de première nécessité. On y trouvait de tout, accompagné du sourire de Mme Pantel : du savon, de l’huile, des pantoufles, des bonbons, des lampes, du sucre, des légumes du pays, …

 

  Le cordonnier Ismaël Verdier, un vrai lasallois qui parlait la bouche pleine de « semences » (petits clous de cordonnier), …

 

  L’électricien Pierre Pantel qui réparait tout, la tête toujours dans un poste radio, puis un poste télé, à toute heure du jour et de la nuit, …

 

  L’épicerie-primeur Rosette Couderc, la « maison du cœur », les enfants allaient chercher le lait frais et revenaient les poches pleines de bonbons, …

 

  La mercerie des sœurs Viala, sur la place de l’église qui proposait tout ce qui concerne la mercerie !!! (voir photo)

 

  Le sabotier Louis Aflatet qui creusait et polissait le bois de noyer, de bouleau, d’ormeau, de sapin pour faire des sabots d’adultes et d’enfants, …

 

Voilà donc une belle balade de 2 à 3 heures à programmer pour l’été prochain… et merci à Alain Robert de nous permettre de ne pas oublier ce passé qui somme toute n’est pas si loin de nous.

 

Luc Meilhac

 

 

 

Club cévenol : « Cévennes, Regards croisés » - Histoire d’un livre

 

 

L’histoire commence par un éditeur passionné, Yann Cruvellier, qui a créé, il y a maintenant plus de 10 ans, une maison d’édition, Alcide, qui développe différentes collections de livres sur la région, Cévennes, Camargue, Uzès, petits livres sur l’histoire des villes, l’histoire des camisards, et des collections de beaux-livres de photos, dessins et aquarelles.

 

Il nous proposa ce projet original de mêler photos et dessins ou aquarelles et de travailler sur les métiers, les pratiques, « les travaux et les jours » des cévenols : métiers du passé pour la soie, métiers en survie pour la châtaigne, métiers en développement pour l’oignon doux, en passant par le miel, la poterie, la transhumance, le travail des guides du Parc des Cévennes autour des vautours, le travail autour de la pierre et de l’eau, puisque, dans ce petit pays de pente, il faut à la fois la garder, la conduire où il faut pour survivre, et s’en protéger ! Tous ces métiers ont marqué les paysages et les architectures de leur empreinte.

 

Nous sommes, tous les trois, des amoureux des Cévennes et avions déjà, Thierry Vezon et moi-même, un début de moisson ; une grande liberté nous est laissée pour poursuivre nos découvertes et nos rencontres sur le terrain. Et nous avons eu la chance que Patrick Cabanel, professeur d’histoire et Président du Club cévenol, accepte de faire les textes : il est intervenu à la fin. Nous lui avons présenté notre récolte, mise en ordre, et il a écrit un texte très personnel et poétique, mais sa grande culture historique est bien présente sous le texte.

 

Photo et dessin, deux techniques différentes, mais qui se complètent. Le dessin permet de mettre en valeur un élément, d’oublier certains détails malheureux. Je me suis plus attachée aux architectures et aux objets. J’ai besoin de silence, de solitude pour me concentrer ; Thierry a partagé les chemins de transhumance avec les bergers, a côtoyé les apiculteurs, les bâtisseurs de pierre, les agriculteurs d’oignons doux, les gardes du Parc des Cévennes qui baguent les vautours le long des parois des gorges de la Jonte. Il prend son temps pour chercher certaines lumières, les ciels gris qu’il affectionne.

 

Après le travail sur le fond, il y a un travail sur la forme. Pour qu’un livre devienne un bel objet, agréable à parcourir, une cinquième personne entre en scène, Christophe Dabadie, le graphiste, qui, en lien avec l’éditeur, compose l’ouvrage à partir des matériaux que nous lui donnons : choix des polices, travail sur les têtes de chapitres, composition des pages pour que photos et dessins ou aquarelles se mettent en valeur et ne se nuisent pas … travail invisible, mais essentiel.

 

Cette aventure est donc un travail d’équipe : plaisir de la découverte, plaisir des rencontres et du partage des savoirs ancestraux. Chacun à sa place, nous nous sommes laissés guider par nos émotions et nous espérons avoir fait partager notre amour des Cévennes.

 

Camille Penchinat (aquarelles) avec Thierry Vezon (photos)  Patrick Cabanel (texte)

 

 ,

  Association " Terre de Mauripe " à Soudorgues

  

 Soudorgues est passé de 231 habitants en 2002 à 298 aujourd'hui : pour assurer le dynamisme d'une commune, il faut nécessairement mettre en place des outils qui renforcent son attractivité et son développement. En 2002, après que la commune ait rénové complètement l'école, la mairie a décidé de faire l'acquisition des bâtiments du " Bon Repos " (lieu d'accueil pour les pasteurs protestants et leurs familles) pour y créer quatre logements sociaux, un atelier de poterie et le " multiple rural " (lieu à vocations multiples tant associative que commerciale) que l'association " Terre de Mauripe " gère aujourd'hui.

 

En effet " Terre de Mauripe " est une boutique mais aussi une association, qui a fêté ses 10 ans l'année dernière et qui regroupe maintenant douze producteurs locaux (fruits et légumes, pain et viennoiseries, produits transformés, confitures, sirops, miels, plantes médicinales, produits cosmétiques, produits artisanaux, poterie, cuir, bois tourné etc.) complétés par des produits de première nécessité en " dépannage " pour les résidents du village.

 

Mais c'est aussi :

 

- un groupement d'achat de produits bio (farines, pommes, oranges...),

 

- une petite galerie qui accueille de mai à septembre des artistes locaux (ou pas...) comme Léo-Vinh au mois de juillet,

 

- un service touristique de proximité (informations, activités, livres sur les Cévennes).

 

L'ensemble est ouvert toute l'année 6 jours sur 7 (sauf lundi, jour de marché de Lasalle) le matin, grâce à un demi-poste (Marie-Laure) et une quinzaine de bénévoles qui viennent renforcer le dispositif le week-end et en période estivale.

 

Terre de Mauripe maintient sa cohérence et sa dynamique en organisant des rencontres ouvertes à tous, les 3ème samedi du mois (repas partagés) autour de thèmes d'actualité, dans une volonté d'action pratique : le recyclage des déchets, les toilettes sèches, la phytoépuration, autant de thèmes qui ont abouti à des aménagements fonctionnels venant apporter des solutions à des problèmes concrets.

 

En septembre prochain la réflexion va porter sur la question de l'eau " sous le filtre " de la Loi NOTRe qui en confie la gestion aux communautés de communes. Or Soudorgues gère et a rénové ses réseaux au plus près du terrain et des ressources locales et ne souhaite pas voir cette capacité lui échapper pour être dévolue à des sociétés privées. Nous avons un " fontainier " (Marc) qui suit la gestion des compteurs, actionne et répare éventuellement les vannes des deux bassins d'alimentation, intervient tous les jours si nécessaire en cas de fuite d'eau etc. Nous allons donc réfléchir ensemble pour faire des propositions argumentées solides à la communauté de communes afin de ne pas perdre le bénéfice de ce qui fonctionne correctement à la satisfaction générale … un " plan B " en somme !

 

Mais Terre de Mauripe c'est aussi une fête le 1er dimanche d'août : 340 repas servis en 2015 qui témoignent de la dynamique villageoise !

 

A Soudorgues, nous avons démontré :

 

- qu'une activité économique peut parfaitement fonctionner à l'échelle villageoise : il y a 30 petites entreprises (dont 7 dans le bâtiment des Cadenèdes construit par la commune) ;

 

- qu'une école en classe unique bénéficiant d'une pédagogie différenciée, de nombreuses activités périscolaires et d'une cantine bio, était attractive pour les parents d'élèves, et motivante pour les enfants.

 

Nous nous efforçons ainsi de " vivre nos utopies " et de ne pas se contenter de rêver ou d'espérer !

 

Entretien avec J-L Fine (Michelle Sabatier)

 

   

Association LaSalle2Gyms – Saison 2016-2017

 

L'association LaSalle2Gyms a programmé son assemblée générale de rentrée le 1er septembre à 18 h. Les cours de gym seront assurés par notre monitrice Anne-Marie Tabart et débuteront le mercredi 21 septembre à 10 h.

 

Pour tou(te)s les nouveaux (elles) venu(e)s, venez essayer gratuitement la séance du mercredi matin de 10 h à 11 h (Stretching et Pilates) et celle du jeudi soir de 19 h à 20 h (cardio, gym tonic).

 

Vous recevrez les informations nécessaires ces jours-là.

 

Les cours (et les réunions) se tiennent dans la salle du foyer au-dessus de la médiathèque.

 

A nos retrouvailles toniques !

 

 

Lyse Gras

 

 

 

 

Association Les Amis de la bibliothèque 

 

 

" Le Liseur de 6 h 27 "  Jean-Paul Didierlaurent  (Roman)

 

En ces temps moroses, un conte moderne réjouissant :

 

« Pour tous les voyageurs présents dans la rame, il était le liseur, ce type étrange qui, tous les jours de la semaine, parcourait à haute et intelligible voix les quelques pages tirées de sa serviette. »

 

Une recette de cuisine ou une page de livre d’histoire, ou encore la page 48 du dernier Goncourt, Guylain lisait les textes avec toujours la même application, jusqu’à ce que le RER de 6 h 27 arrive en gare, enchantant les voyageurs le temps d’un trajet….et provoquant de surprenantes rencontres …

 

« Deux petites grands-mères qui le mangeaient littéralement des yeux. […] « Voilà, on voulait vous dire, on aime bien ce que vous faites. […] Ben voilà, en fait, on aimerait bien que vous veniez des fois lire à la maison… »

 

Un premier roman qui « enchantera votre journée »

 

Guillemette Chevallier

 

 

Trois jours et une vie    Pierre Lemaître (Roman)

 

1999, le jeune Antoine vit avec sa mère, une femme autoritaire, à Beauval. Une vie réglée entre le collège et ses rêveries d’adolescent, jusqu’à la mort d’Ulysse, le petit chien des voisins, suivie par la disparition du petit Rémi âgé de 6 ans, le confident d’Antoine. Ces deux évènements tragiques bouleverseront à jamais la vie du jeune homme.

 

Un roman écrit comme un thriller, dans lequel l’auteur nous fait vivre tour à tour l’enquête - qu’est donc devenu Rémi ? - et l’évolution psychologique du coupable…

 

Un suspense fort agréablement écrit par Pierre Lemaître, prix Goncourt 2013 avec « Au revoir là-haut »

 

Guillemette Chevallier

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Art-Scène : Summertime en Cévennes au Mas de Clarou

 

Chanter un standard de jazz ou de bossa nova parmi ceux proposés par les formateurs, accompagné par un pianiste, découvrir l’improvisation, travailler les rythmes, le « scat ». Chanter ensemble une polyphonie qui permet l’improvisation à tour de rôle. Il suffit d’aimer le jazz et d’avoir une pratique du chant et aborder l’improvisation, par une pratique collective des « Circle songs » et un travail spécifique des gammes, modes, en même temps que de l'expression sur les standards proposés.

Stage de 6 jours du samedi 13 au jeudi 18 août 2016 avec présentation publique en fin de stage jeudi 18 août à 16h00 à la Filature du pont de fer (mercredi 17 août à 18h, au Mas de Clarou)  Lasalle.

info@l-art-scene.org 07 83 61 69 07

 

 Amis de la bibliothèque

 Yeruldelgger – Ian Manook  (Roman Policier)

Un thriller fort bien mené, haletant et rugueux, doublé de descriptions foisonnantes d’us et coutumes. Un roman surprenant les papilles avec ses recettes culinaires et l’esprit avec ses paysages, sans oublier l’aspect politico-économique de la Mongolie, lieu de l’action.

Yeruldelgger était noté comme très bon inspecteur de police de Mongolie, jusqu’à l’assassinat non élucidé de sa fillette Kushi, ceci afin de le déstabiliser et l’obliger à abandonner une enquête sur la corruption liée au rachat de « terres rares » dans la steppe. La découverte du cadavre d’une autre petite fille, enfouie dans le sable de la steppe, va l'obliger à affronter de terribles vérités et l’inciter à puiser ses forces dans les traditions de son enfance. Yeruldelgger est un « homme en colère » qui ne va pas renoncer et se battre malgré les multiples épreuves et horreurs.

 « La grand-mère se leva pour décrocher une besace accrochée à la selle (de son cheval) et en sortit une petite gamelle de kuushuur et un boodog de marmotte entier [….]  L’eau pour le thé salé au beurre chauffait déjà et il sentit couler en lui tout l’amour simple des gens de la steppe. »

Ian Manook est l’un des pseudonymes de Patrick Manoukian, globe-trotter passionné, né à Meudon et basé en France.

Très complet et agréable à lire

Guillemette Chevallier

 

 L'été du Club cévenol

Le Club Cévenol a pour but de sauvegarder le patrimoine naturel et culturel des Cévennes et des Causses, d’encourager toutes les initiatives orientées vers le maintien et la création d’activités permettant aux Cévenols et Caussenards de continuer à vivre dans leur pays, tout en maintenant les traditions d’accueil et d’hospitalité des Cévennes et des Causses, de favoriser uniquement les formes d’un tourisme qui sache respecter leur originalité. Plusieurs conférences et visites à thèmes par la section locale de Lasalle témoigneront cet été encore de sa volonté de mettre en valeur le patrimoine culturel et historique, tout en ouvrant le débat sur les sujets de société à l'heure d’aujourd’hui.

Conférences

- 22 juillet au temple : « Antifascistes allemands : de l'Allemagne aux Cévennes » par Mme Evelyne Brants, auteur, avec son mari Victor, d’ «  Aujourd’hui l’Allemagne » (Prix parlementaire franco-allemand 2011).

- 28 juillet 18h30 à la Filature du Pont de fer : Camille Penchinat (aquarelles) et Patrick Cabanel auteurs de « Cévennes : regards croisés », avec les photographies de Thierry Vezon, paru aux éditions Alcide de Nîmes.

- 11 août à 18 h 30 à la Filature du Pont de Fer, en partenariat avec les Amis de la Bibliothèque : Anne-Marie Brisebarre, ethnologue, auteur de « Chemins de transhumance - Histoires de bêtes et bergers du voyage » (Delachaux et Niestle, 2013) a transhumé avec les bergers dans les Cévennes et les Alpes pendant quinze ans. Elle abordera le rôle de l'agropastoralisme, et notamment de la transhumance, dans la construction du paysage et de l'identité des Cévennes, et sa place dans la société contemporaine.

- 18 aout à 18h30 à la Filature du Pont de Fer : « Histoire de l’aéropostale » par M Bastianelli)

Visites à thèmes

- les 7 et 28 juillet, 4 et 18 aout, à 17h, le classique « Lasalle insolite » par Robert Puech et Alain Robert : histoire, tradition et résistance par les témoins eux-mêmes ;

- les 19 juillet et 9 aout à 10h, « Artisans et commerçants à Lasalle dans les années cinquante » par Alain Robert

- 21 juillet et 11 aout à 9h30, « L'empreinte du Magnan » par Alain Chevallier : les filatures de soie, l'élevage du ver à soie et ses conséquences sur le paysage, la démographie, l'économie et l'urbanisme.

- visites des châteaux le 15 juillet  (des plaines) et le 12 aout (des collines), départ à 8h30 avec inscription obligatoire à l’office du tourisme, par Luc Meilhac, avec la collaboration des propriétaires qui accueillent les visiteurs : pourquoi tant de « châteaux », de quelle(s) époque(s), quelle histoire derrière chacun ?

Informations complémentaires sur : http://blog.club-cevenol.net/ et sur le site Internet de la commune : www.lasalle.fr

Alain Chevallier

 

 

 Vivalto 

 

Fête de l'Alto du 22 au 27 août

 

L'édition 2016 joue la carte chinoise : elle réunira, les habitués, fidèles du festival et de nouveaux venus invités en résidence, avec un coup de projecteur tout particulier sur la musique traditionnelle et contemporaine chinoise représentée par une virtuose de l’èrhù »: instrument de musique traditionnel chinois – l'équivalent du violon pour les occidentaux -. Ecoutez l’èrhù : https://youtu.be/CbuQzyLrg0A

A côté de cette note orientale des compositeurs plus classiques, connus ou à découvrir, comme chaque année : Frank Bridge, Alan Richardson, Arthur Benjamin, Niccolo Paganini, Ernest Chausson, Claude Debussy, Gabriel Fauré, Franz Liszt, Frédéric Chopin, Rebecca Clarke, Dimitri Chostakovitch, et des instrumentistes (altiste, accordéoniste, harpiste, pianiste, clarinettiste etc.).

Six concerts, des auditions, une conférence sur les instruments traditionnels chinois, cinq classes de maître publiques et plusieurs classes d'ensemble (alto, chant choral, accordéon...).

Programme détaillé sur le site : http://vivaltoencevennes.jimdo.com

M-H Benefice

 

 Les Pitchounets 

   7ème kermesse

L'association « Rêvons pour nos Pitchounets » organise le 9 juillet prochain sa traditionnelle kermesse qui sera cette année sur le thème des métiers. Cette animation a pour but de recueillir des fonds au profit des enfants malades ou en situation de handicap pour nous permettre de mener à bien des actions concrètes (réalisation de rêves, financement de séjour handisport, aide financière pour du matériel..). L’ensemble des bénévoles, en présence d’Alexandra LAMY et les enfants de l’association, œuvreront pour que cette journée soit une fois encore un moment inoubliable placé sous le signe de la convivialité, du partage et de la générosité.

Au programme de cette journée : don du sang de 11h à 17h, concours de pétanque enfants à 10h30, jeux pour enfants à partir de 14h sur la place, concours de pétanque adulte à 14h30, loto dans la cour de l’école à 15h, repas sous les halles à 20h suivi d’une soirée mousse.

Huguette ANDRE, présidente

                                      

certain nombre de mobile-home en plastique ont été remplacés par des bungalows de bois.

 

                                                  +  +  +  +  +  +  +  +  +  +

 

 

Le Printemps des poètes à la médiathèque

 

Les Amis de la Bibliothèque ont eu d'abord le plaisir d’accueillir une vingtaine de personnes très attentives et sensibles aux mots de Marthe Omé venue nous lire et interpréter les poèmes extraits de son livre : « Je ne dors plus dans mon corps »

« Des faits concrets poétisés / du quotidien alambiqué à la sauce sonore / de l'intime qui parle à tout un chacun / à la limite du dedans et du dehors / ça s'adresse à tout public / ça dure 50 mn / ça se donne à entendre / ça se dit / ça peut se lire aussi »

Ensuite la Médiathèque de Lasalle et l'Association " Les Amis de la médiathèque " ont accueilli l'exposition d'Isis Olivier " Dessine-moi un oiseau ".

Ce fut l'occasion d'une rencontre intense avec la poétesse israélienne Diti Ronen, professeur à l'Université hébraïque de Jérusalem. Le public a partagé quelques-uns de ses poèmes traduits dans 10 langues, et en particulier, " Petit oiseau ", à l'origine des dessins présentés par Isis. Cette poésie est née d'un fait réel, vécu par la mère de l'auteur dans un camp d'extermination durant la seconde guerre mondiale. La soirée se prolongea tardivement autour de très bons plats et de boissons préparés par les amis de Diti et d'Isis et par l'association des amis de la médiathèque. Beaucoup d'échanges et d'émotions...

la suite dans le Grillon papier de mai /juin 2016

Christiane Lafont et Gérard Feldman

 

 

 Maison de retraite «Les Glycines» - Lasalle

Semaine à thème 2016 : «Au pays des îles»: l’Indonésie du lundi 13 au samedi 18 juin 2016.

Qui n’a pas rêvé d’îles ? Robinson Crusoé, Vendredi, le capitaine Crochet et ses pirates nous dessinent encore des mondes imaginaires. Rêver d’une île, c’est peut-être avoir l’envie de se couper un instant du reste du monde et de ses réalités parfois contraignantes. Des îles paradisiaques, il en existe et pas seulement dans les rêves d’enfance ou dans la littérature. Elles sont présentes un peu partout sur la surface du globe, mais il y a un seul endroit au monde qui regroupe autant d’îles de toutes tailles, passionnantes sur le plan de la biodiversité et de la diversité culturelle. Cet endroit, c’est l’archipel indonésien, le plus grand archipel du monde avec 17 508 îles dont 6000 habitées.

Partir à la découverte du «Pays des îles», avec des panneaux d’information, de photographies et d’objets d’art et d’artisanat, sculptures sur bois, bijoux, instruments de musique, batiks... c’est ce que vous proposera toute l’équipe de la Maison de Retraite de Lasalle.

Les œuvres présentées sont disponibles à la vente, elles sont réalisées par des «artisans paysans» en collaboration avec l’association humanitaire Mitra Bali, association de commerce équitable. Son objectif est d’apporter des débouchés commerciaux et de soutenir les artisans les plus démunis, isolés dans des petits villages qui n’ont pas accès au «marché touristique».

N'hésitez pas à nous contacter pour de plus amples renseignements. Un programme plus détaillé de cette semaine sera à la disposition de tous.

Anne Beaumes

 

L'Art-Scène

En invités vedettes : André Minvielle, le grand maître de la voc'alchimie gasconne déjantée et volubile, avec un spectacle mêlant des projections vidéo et chants-sons, et Marianne Aya Omac, avec sa voix extraordinaire, musiciens et choristes.

Le festival " Ya d'la voix " est devenu grand. Il vocalise maintenant depuis Lasalle (soirée inaugurale du 21 mai) jusqu'à de larges horizons : Monoblet (22 mai), Vallerargues (28 mai), Quissac (4 juin), St André de Valborgne (5 juin), Cendras (18 juin)...

Pendant un mois six villages recevront aussi, en intérieur ou en extérieur, Andante Macadam, Bobziga, les Divettes, Muriel Holtz, Elles en voix, les Sweeties, Quart de ton, l'Ensemble Vocal de Molezon, Delouzia, Skelz Andiz, Zonda, les Meuffin's, de très nombreuses chorales, des ateliers autour de la voix, des buvettes autour desquelles s'élèveront des chants de tous genres : nous souhaitons vous accueillir nombreux et festifs !

Dans le détail : A Lasalle

   •     Samedi 21 mai : cabaret vocal avec Tutti Quanti, Zonda, Skelz Handiz, Delouzia, Murielle Holtz,

   •     Vendredi 10 juin : André Minvielle spectacle « en roue libre » première partie : Delouzi

   •     Samedi 11 juin : sept chorales entrecroisées, des ateliers : chant et corps (David Goldsworthy), chant classique (Karen Kapferer), des grands concerts : Elles en voix, Marianne Trio

Pas très loin :

   •     Dimanche 22 mai à Monoblet : sept chorales aussi (pas les mêmes!), des ateliers de chant : chant et corps (David Goldsworthy), chant enfants (Karen Kapferer), chant afro- cubain (Jean-Pierre Boistel), des grands concerts : Ensemble vocal de Molezon, Les Divettes.

   •     Dimanche 5 juin à St André de Valborgne : quatre chorales, des ateliers : slam (Thomas), présence scénique (Viviane Bourquin), des grands concerts : Les Meuf'ins, Andante Macadam.

Pour les autres lieux voir sur le site de l'Art-Scène : http://www.l-art-scene.org/

 

CINECO, une dynamique !

Cineco késaco ? Créée en 1983, Lasalle ayant adhéré dix ans plus tard, cette association organise un circuit de cinéma itinérant sur une quinzaine de communes cévenoles.

L’association compte seulement trois salariés mais plus d’une quarantaine de bénévoles s’activent pour faire fonctionner le système. A Lasalle ils sont quatre (Florence, Isabelle, Michel et Patrick) et avant la séance ils effectuent les réglages nécessaires. Mais avant cela il faut déterminer la programmation, et tous les deux mois les équipes se réunissent pour sélectionner les films qui vont passer sur les villages. Exercice pas toujours facile quand on n’a pas nécessairement tout vu avant...

Michel Lafont : " On essaye de mixer des films connus avec d’autres qui ne sont pas encore sortis. On essaye aussi de sortir des sentiers battus en ne présentant pas que des films grand public ". Une programmation drôlement pertinente et diversifiée en tout cas, de " Taxi Téhéran " à " Dheepan ", en passant par " Marguerite " ou " Difret ".

Et la fréquentation ? Au niveau de l’ensemble du réseau Cinéco on compte environ plus de 22 000 spectateurs par an. La commune de Lasalle est dans la moyenne haute : 1260 spectateurs pour 33 films en 2015, une moyenne très honorable de 38 participants par séance, hors la diffusion 4 fois par an de films pour les écoles primaires de Soudorgues et Lasalle.

la suite dans le Grillon papier de mai / juin 2016

 

 

Frédéric Bourguet

 

Nouveau printemps pour les Jardins d’Emeraude !

Après un hiver bien mérité, les jardins familiaux de Lasalle se réveillent pour une nouvelle saison. Forte de nouveaux adhérents, l’association démarre l’année avec de nombreux projets.

Dans l’article précédent (voir le Grillon de juillet 2015), nous vous annoncions la relance des Jardins sur un nouveau terrain, loué à la mairie, et situé derrière le stade, à côté du terrain de vélocross. La première année y fut bonne, et s’est achevée par la plantation d’une dizaine d’arbres fruitiers, grâce à une donation de l’association La Fourmi et la Cigale, de Saint-Hippolyte-du-Fort. Nous espérons qu’ils régaleront d’ici quelque temps les jardiniers comme les promeneurs attirés par la gourmandise...

Actuellement, le printemps démarre en force, avec l’ouverture de nouvelles parcelles individuelles, dont certaines n’ont pas encore trouvé preneur. Mais dans les Jardins d’Emeraude, nous avons aussi à cœur de cultiver la terre ensemble ! Les parcelles collectives, entretenues par une dizaine de jardiniers, seront cette année plus fournies encore, et accueillent depuis peu, en lien avec le collectif citoyen " Solidarité-Lasalle en Cévennes ", la famille afghane arrivée au village cet hiver. Une belle perspective d’échanges pour tous !

La saison 2016 a également vu grossir nos rangs de nouveaux jardiniers, et la rencontre s’est amorcée autour d’un premier chantier collectif. Avec l’aide précieuse d’Anne Gossieaux et Pascal Hennecart, nous avons planté le long du terrain de vélocross, une clôture vivante d’osier et de saule tressé, pour le plaisir des yeux et celui du faire-ensemble...

A noter pour cette année également :

La pose de panneaux d’information aux entrées du terrain,

Le lancement de journées d’échanges de connaissances aux Jardins, où des intervenants extérieurs devraient animer des « causeries » sur différents thèmes propres au jardinage/maraîchage,

Une journée portes ouvertes, pour accueillir et présenter à tous les curieux l’association dans son ensemble, ainsi que les divers projets que nous y mettons en œuvre.

Les Jardins d’Emeraude sont également accessibles le reste du temps ! Si passant par là, vous apercevez un jardinier occupé à son ouvrage, entrez, et osez la rencontre... En vous attendant, un beau printemps à tous !

Pour toute question, ou si vous êtes tenté(e) par une parcelle cultivable :

jardinsdemeraudes@gmail.com

Grillon mai/juin 2016

Florent Poncelet

 

 

Assemblée générale des "Amis de la Bibliothèque"

 La présidente, Christiane Lafont, a informé les participants que l'association avait acheté en 2015 pour environ 1000 € de livres. 70 personnes adhèrent à l'association et 17 bénévoles animent la médiathèque en complément du travail de Fabienne Fonty, salariée de la Communauté de communes : permanences pour l'ouverture du local, préparation des livres et DVD, contes à la médiathèque pour les enfants des écoles, lectures à la maison de retraite, gestion des prêts du bibliobus, périscolaire, alimentation du blog (bibliothequelasalle.blog.fr), édition de fascicules (Robert Francisque).

Changement de trésorière : Marie Jo Fuster remplace Laetitia Rousseau (un grand merci à elle pour son travail).

Projets pour 2016 :

11 Mars : Sonia Bellidian et José Garcia animeront une table ronde "autour du livre dans tous ses états" à laquelle participeront l'écrivain François Devenne, ainsi qu'un éditeur et un imprimeur.

Pendant la "semaine des poètes", Marthe Omé lira quelques-uns de ses poèmes et proposera son livre.

Le 11 Aout, en partenariat avec le Club Cévenol, Anne-Marie Brisbarre, ethnologue, fera une conférence sur l'agropastoralisme.

Merci à tous les adhérents de renouveler leur cotisation de 10€ par famille.

Guillemette Chevallier

 

Viv'alto : vivez la musique en direct ...

 Qu'est-ce qu'une répétition ? Si vous ne venez pas nous rejoindre au sein de l'Association Viv'alto vous n'aurez jamais le privilège de le savoir ! Privilège qu retour.

Pendant la répétition, comme tous les soirs de concert, il semble que la lumière soit plus vive, la salle de la filature plus harmonieuse, surtout quand les couleurs du couchant illuminent ses grandes baies vitrées... Le piano ("meilleur que celui du château de Flaugergues !" dixit le pianiste) sonne comme jamais, les musiciens font une démonstration de ce qu'est un "travail" de justesse, d'écoute, de concentration, et de décontraction en même temps. Car comment être juste si on n'est pas décontracté ? 80 spectateurs un 23 janvier à Lasalle avec un programme éclectique comme l'étaient les élèves de Nadia Boulanger auquel ce concert est dédié. En février, nouveau concert à la Filature du pont de fer avec : Dominique Jayles, violoncelle - Léonard Bonné, piano - Nicolas Stimbre, Clarinette.

Le 13 mars Viv'alto se transporte à l'église Saint-Pierre : le Trio Cinabre composé de Aliénor Mancip, harpe – Sonia Laziz alto, Thomas Saulet flûte, vous invite à y partager un autre moment magique avec Fauré, Ligeti, Ravel etc. Plus d'info sur : http://vivaltoencevennes.jimdo.com/

Marie-Hélène Bénéfice

 

Club éco-citoyen : " La vigne qui bêle "

Le Club éco-citoyen de Saint-Hippolyte du Fort a accueilli Thomas Marcilly, éleveur-berger, et Christian Vigne, viticulteur à Massillargues, président des Vignerons de la Porte des Cévennes, avec Nadia Van Hanja, de l’association Grappe3.

Si on laisse pousser les mauvaises herbes dans une vigne, elles commencent par avoir un effet bénéfique parce qu’elles empêchent le sol de se raviner lors des fortes pluies ; mais au fur et à mesure qu’elles poussent, elles entrent en concurrence avec chaque pied de vigne pour l’utilisation de l’eau et du sol, et finiront par l’étouffer si leur période de végétation vient en concurrence avec celle de la vigne. Si on désherbe avec des herbicides, on sort de l’agriculture bio, si on laboure pour désherber, on tasse le sol... Faire brouter des moutons dans la vigne était une pratique très ancienne : les moutons broutent, laissant derrière eux un engrais naturel qui contribue au renouvellement du sol. A la saison chaude, ils partent en transhumance.

...

André Teissier du Cros

la suite dans le Grillon papier de mars/avril 2016

 

 Les Amis de la Bibliothèque

 Les "Amis de la Bibliothèque" ont édité des livrets illustrés de nombreuses photos, retraçant des tranches de vie à Lasalle :

         « Camisards et maquisards », sentier de découverte autour de Lasalle,

         "Mémoires du Bosquet", lieu de mémoire de la guerre 1914-1918 et de bien d'autres souvenirs,

         "L'Empreinte du Magnan" retraçant l'âge d'or des filatures lasalloises puis son déclin,

         "Robert Francisque, un résistant à Malérargues" évoquant la vie de "Robert le Noir", une "figure" de la résistance lasalloise, grâce à l'aide précieuse de témoins oraux, Robert Puech et Walter Soulier.

Ces petits fascicules sont en vente à la médiathèque et au bureau de tabac Menviel, à l'exception du premier en cours de ré-édition.

Nous saluons aussi la parution du livre d'un lasallois : "Les illusions renouvelables" de José Ardillo, L'Echappée (http://www.lechappee.org).

Selon l'éditeur : " Analyse très riche et documentée de l’histoire récente de l’exploitation énergétique, abordée dans son rapport au pouvoir, ce livre développe une critique implacable du modèle énergétique et social actuel, y compris de certaines illusions écologistes sur les énergies renouvelables ". José Ardillo (pseudonyme de José Antonio García), ancien éditeur et rédacteur, en Espagne, de la publication Los Amigos de Ludd, écrit des romans et des essais.

 

 Guillemette Chevalier

 

 Maison Abraham Mazel (Falguières – St Jean du Gard)

Constituée en 1992 par les acteurs de la résistance au projet de barrage de la Borie sur le Gardon de Mialet, l’association (laïque) met en œuvre le projet « Maison Vivante » dans la demeure historique du chef camisard (1677 / 1710). Elle compte environ 300 adhérents, 1000 sympathisants et un conseil d’administration de 19 membres, tous bénévoles, qui animent des commissions et groupes de travail. Environ 2 000 personnes participent annuellement à ses activités.

L’achèvement de la maison, envisagé dans les trois années à venir, a été l’occasion l'année dernière de reformuler et d’actualiser le projet associatif. La maison ne sera pas un musée, ni seulement un « Centre culturel », elle doit être un lieu de réflexion sur les résistances. Résister concerne tous les actes de la vie. Dans toutes nos activités culturelles, on retrouvera cette recherche : éveiller, informer et inciter chacun, selon ses convictions, à s’impliquer. Nos valeurs sont celles de la Déclaration des droits de l'homme et spécialement la liberté de conscience.

la suite dans le Grillon papier de janvier / février 2016

D'après Alix Gilles, pour l'Association Abraham Mazel

 

 Relance de l’animation sportive à Lasalle

 

La naissance d'une nouvelle association a commencé à la fin de cet été. Un groupe de 6-8 personnes s'est retrouvé régulièrement le jeudi pour jouer au football sous le soleil de la fin août au stade de Lasalle. Cela a continué à la rentrée scolaire et tous les jeudi soir vers 18h, nous nous sommes retrouvés toujours plus nombreux, et au moins une cinquantaine de personnes sont déjà venues taper la balle.

Avec un peu d’équipement (chasubles, plots), et l’envie de tous, nous avons continué à pérenniser ce moment de loisir. Des plus jeunes aux plus expérimentés, hommes, femmes, Lasallois ou des environs, nous sommes en moyenne une trentaine à partager tous les jeudis un moment convivial dans une ambiance détendue. Nous avons créé une association sportive nommée « De la balle », et grâce à l’appui de la commune, nous faisons revivre les maillots de l’équipe de Lasalle avec un grand respect et une touche de nostalgie pour certains. Avec la possibilité d’utiliser les vestiaires et l’éclairage du stade, nous pouvons prolonger ce moment d’échanges collectif en toutes saisons et dans les meilleures conditions.

En parallèle du football, mais toujours dans la même dynamique de se retrouver pour partager des moments de rencontre autour du sport, nous nous retrouvons les lundis pour jouer au tennis. Nous avons la chance d’avoir deux terrains de tennis sur notre commune et plusieurs joueurs. C’est pourquoi ce moment permet de rencontrer de nouveaux partenaires et ainsi progresser tout en s’amusant. Nous nous retrouvons pour l’instant entre 17 et 18 h grâce au concours de la mairie qui nous permet d’être éclairé. Nous allons mettre en place une possibilité d’échanger entre tous ceux qui veulent jouer, quel que soient leurs niveaux, pour que tout le monde puisse trouver un partenaire et aussi continuer ces rencontres collectives du lundi.

Dans le futur, nous voudrions pérenniser et améliorer ces moments de loisirs sportifs pour un public « adulte ». Si la demande est présente, la possibilité est ouverte de créer des entrainements sportifs sur ces sports en direction des plus jeunes. On peut aussi élargir le panel d’activités.

Pour finir, nous avons l’envie d’organiser des manifestations sportives pour promouvoir le sport et se retrouver pour des moments de partage sur notre commune. Nous attendons votre soutien et participation lors de ces évènements. 

 

 Guillaume Beccherle, pour l’association

 

 

Cineco

 L’équipe Cinéco, sur laquelle nous reviendrons dans un prochain Grillon, nous a offert le 27 novembre dernier une « soirée Ethiopienne » qui s’est déroulée en trois temps : un documentaire sur le peuple Afar qui montre comment vivent ces semi-nomades à travers notamment le rôle que jouent les jeunes adolescentes dans les tâches quotidiennes à accomplir, un temps de partage et d’échanges, autour d’un buffet sympathique, avec une représentante de l’association Ethiopian Women, et enfin la diffusion du film « Difret », qui traite du problème du mariage obligatoire pour les femmes.

Michel Lafont, responsable local de Cinéco nous en dit un peu plus : « L’idée vient d’un bénévole de Cinéco, habitant au Pont de Montvert et qui a des échanges avec l’Ethiopie à travers l’apiculture. Il a eu connaissance du film « Difret » et a proposé de le diffuser en film supplémentaire au-delà du circuit habituel de Cineco. "

« Difret », c’est l’histoire difficile des femmes de ce pays obligées de se marier, c’est l’histoire d’un combat pour faire évoluer cette société pétrie de traditions ancestrales, c’est aussi une histoire vraie.

L’équipe de Lasalle a été emballée par cette initiative, qui nous ouvre sur d’autres horizons, d’autres civilisations. Ce combat des femmes pour leur dignité nous a paru vraiment intéressant à diffuser. »

Effectivement une soirée fort intéressante qui a rassemblé une trentaine de participants et qui a permis d’en savoir un peu plus sur ces vies si éloignées des nôtres. Une prise de conscience aussi du combat difficile et courageux que doivent mener ces femmes pour leur liberté et leur dignité.

Bravo à l’équipe Cinéco pour cette belle initiative !

 

 Frédéric Bourguet

 

 

Les premiers concerts 2016 de Viv'alto

 Le samedi 23 janvier (20h30) à la Filature, Viv’alto propose un concert " hommage à Nadia et Lili Boulanger " avec Pierre Henry Xuereb et Vincent Beer-Demander, accompagnés d’Hélène Dautry au violoncelle et Dominique Plancade au piano.

Lili Boulanger, née à Paris en 1893 a composé des œuvres orchestrales pour piano, orgue, violon, violoncelle, hautbois et flûte et, surtout des œuvres vocales sur des poèmes de Jammes, Maeterlinck et Musset. Elle était la sœur cadette de la compositrice Nadia Boulanger. Quand Lili meurt, à l’âge de 24 ans, Nadia décide de se consacrer à la direction musicale (elle fut la première femme à diriger les orchestres de Boston et de New-York), à la diffusion de l’œuvre de sa sœur et, surtout, à la pédagogie. Elle fut jusqu’à sa mort, à 92 ans, en 1979, le professeur de musique le plus célèbre du monde. Citons parmi ses nombreux élèves : Daniel Barenboïm, John Eliot Gardiner, Georges Gershwin, Michel Legrand, Astor Piazzolla, Léonard Bernstein…

Le programme comprendra des œuvres des élèves de Nadia.

Le vendredi 19 Février, toujours à la Filature, un programme autour de Ferdinand Ries, Brahms, Magnus Lindberg avec : Dominique Jayles, violoncelle, Léonard Bonné, piano, Nicolas Stimbre, clarinette. Nicolas Stimbre sera aussi parmi les musiciens invités de la « Fête de l’alto » en août  2016 et animera un atelier d’ensemble de clarinettes.

Puis le dimanche 13 mars un concert « jeunes talents » nous fera connaître le trio Cinabre composé de Sonia Laziz, magnifique jeune altiste déjà présente à la « fête de l’Alto » en 2014, Aliénor Mancip à la harpe et Thomas Saulet à la flûte.

Monique Feldman

                                                     +   +  +  +  +  +  +  +  +  +

         

 Rêvons pour nos pitchounets :

 Assemblée Générale le 7 novembre

 

L’heure est venue de faire le bilan des actions menées par l’association au cours de l’année écoulée et de présenter les projets pour 2016. C’est pourquoi nous vous invitons : adhérents, donateurs, partenaires, élus, personnes concernées par la maladie ou le handicap d’un enfant, à venir participer à l’assemblée générale de l’association le samedi 7 novembre 2015 à 11h à la salle polyvalente de Vabres. Nous vous attendons nombreux.

 

Pour le bureau de l’association : Géraldine Magny

 

  

 Association L'Art-Scène, chorale « Les p'tits matins qui chantent »

Chansons françaises et du monde, jazz, airs traditionnels... Au programme 2015-2016 sont envisagés (choix en cours !) des airs tels que : Méci Bon dié : Harry Belafonte, Obladi Oblada et When I’m sixty four : Beatles, Patapata : Myriam Makeba, Une bonne paire de claques : Boris Vian et Salvador, Cheek to cheek, Death is gonna lay his cold icy hands on me, Biéla Kosulenka et Drommarna, Les jaloux saboteurs, La ‘onde de cuisiniè’es...

Si vous êtes tentés, venez tester la cuisine musicale du samedi matin (10h) dans le salon de la Maison de retraite des Glycines. Premier essai gratuit.

 

Christophe Lombard (L'Art-Scène)

 

Club cévenol

Les rondes des châteaux du Club Cévenol du Mont-Liron

 

Les châteaux du Val de Salindrenque font partie du patrimoine que le Club Cévenol, conformément à sa vocation, souhaite faire connaître. Faire découvrir les évolutions architecturales de chacun, leur histoire toujours très mouvementée pendant les guerres de religion, la révolution ou le maquis en 1944/45, permet de mieux comprendre l’histoire de la région .Déjà, il y a quelques années, des balades étaient organisées à cet effet. Nous avons souhaité relancer cette tradition en organisant deux circuits : un autour des châteaux des plaines (St Bonnet, Castellas et Calviac), l’autre autour des châteaux des collines (Cornely, Solier et Algues). Ces deux circuits sont aussi l’occasion d’emprunter des sentiers riches en histoire : Bosquet du souvenir, four à chaux, faïsses, béals, …La ronde des châteaux des plaines a eu lieu le 24 juillet, celle des châteaux des collines le 20 août.

Dans tous les châteaux nous avons été accueillis par les propriétaires nous présentant brièvement leur histoire et répondant aux questions des nombreux participants (plus de vingt à chaque fois).

Le Club Cévenol tient à remercier vivement ces propriétaires pour leur accueil et leur disponibilité. Ils contribuent ainsi à l’attrait et au succès de ces balades que nous comptons bien vous proposer à nouveau pendant l’été 2016.

 

Luc Meilhac

 

Assemblée Générale de l'APAHL

˝Une association qui se veut force de proposition˝

                     

   Le 17 août dernier,  l'Association Pour l’Aménagement Harmonieux de Lasalle, l'APAHL, a tenu son assemblée générale annuelle, en présence d'une soixantaine de participants.

   En première partie de réunion, consacrée à l’actualité, les participants ont  entendu les exposés de :

- Henri de Latour, maire de Lasalle, venu présenter les derniers développements relatifs au processus d’élaboration du PLU (attente de l’avis des PPA- Personnes Publiques Associées-, étape obligée avant soumission à enquête publique) et faire le point sur le projet de  maison médicale;  son exposé a suscité un débat animé avec de nombreuses questions et demandes de précisions de la part de certains participants.

 - Sébastien Béchard, venu donner des informations sur les travaux engagés et le devenir de l’ancienne usine Paulhan rebaptisée «Filature du Val d’Emeraude».

     Lors de la présentation de son rapport moral, le président de l’APAHL est revenu  sur les différents sujets qui ont mobilisé l’association au cours de l’année écoulée, parmi  lesquels - entre autres-  le suivi du PLU, du projet de maison médicale et la question du stationnement dans cette zone, diverses interventions auprès du SMAGE concernant l’entretien des berges de la Salendrinque, sans oublier l’information  des adhérents par l’intermédiaire de notes d’information.  L’occasion de rappeler qu’une approche constructive et structurée des relations avec la municipalité (participation active et critique à diverses instances) a permis de faire entendre le point de vue de l’APAHL et d’obtenir des résultats concrets, comme en témoigne la revendication –entendue- de positionner  la zone à urbaniser ouverte et la zone artisanale à l’entrée est du village.

 La suite dans le Grillon papier de novembre/décembre 2015                                       

  

 Sophie Thomas-Roubine, secrétaire générale de l'APAHL

 

 

Grande réussite pour la fête de l’alto 2015

 

Plus de 1000 spectateurs (1018 exactement) ont assisté aux 6 concerts organisés par VIV’ALTO pour la 3ème Fête de l’Alto. Cette manifestation se déroule toujours la dernière semaine d’août depuis trois ans et cette année encore, tous les concerts ont fait salle comble ! L’Eglise, la Filature, la Chapelle romane de Ste Croix et le Temple.Ce fut une semaine riche en Musique, en relations humaines et en émotions.

Avec ses deux expositions : merci à la plasticienne Carole Fauchon-Dorer, pour son beau travail sur la Corrida exposé à la Filature ; merci à Madame Ruth Trampler pour son aide précieuse et pour sa venue depuis New-York pour témoigner avec simplicité de l’engagement de son mari.

Avec l’atelier de chant vocal dirigé par Karen Kapferer, et les cinq classes de Maîtres(alto, accordéon,mandoline, guitare flamenca harpe)c’est une cinquantaine de stagiaires (âgés de 12 à 85 ans !) qui ont pu apprécier la qualité des formateurs, l’accueil et la beauté de la région. 

 

 

Bravo à Pierre-Henri Xuereb qui a réussi l’exploit de faire jouer ensemble un altiste, un violoniste, un accordéoniste, un mandoliniste et un violoncelliste sur un programme riche et varié. L’Eglise, qui recevait ces artistes, était tout juste assez grande pour accueillir un public enthousiaste qui ne voulait plus quitter les lieux, captivé par la magie musicale de cette soirée grandiose. Les autres concerts, tout aussi émouvants et brillants de virtuosité ont présenté un répertoire très étendu allant de Bach, à Mozart, Schubert, Galliano, R.V Williams, Berio, en passant par des œuvres plus « populaires » de style flamenco.

 

La suite dans le Grillon papier de novembre/décembre 2015

 

 Monique Feldman

 

                                                               + + + + + + + + + +

 

 

Téléthon : le 19 septembre,  Lasalle ville phare

Depuis de nombreuses années, le village de Lasalle s’est toujours distingué au niveau du Gard par son dynamisme, sa générosité et son enthousiasme. Les résultats s’en ressentent et sont exceptionnels en proportion du nombre d’habitants. C’est pourquoi cette année, Lasalle a été élue « ville phare du département du Gard ».

Qu’est-ce cela veut dire ?

                     En avril 2014, Monsieur le maire a récupéré auprès de la ville phare de l’an dernier (Vergèze) le trophée du Téléthon, que nous devrons transmettre en avril 2016 à la ville phare de l’an prochain. Ce trophée est exposé à l’office du tourisme.

                     Lasalle est chargée d’organiser la journée « lancement » du Téléthon 2015.

Cette journée se déroulera le samedi 19 septembre aux Glycines autour d’un méchoui.

Toutes les mairies du Gard sont invitées pour recevoir leur dossier Téléthon 2015 et, bien sûr, tous les bénévoles qui nous ont aidés depuis des années, ou qui ont envie de nous aider en 2015, et à l’avenir, sont aussi les bienvenus.

la suite dans le Grillon papier de septembre/octobre

Nicole DAUMET

 

 

Rejoignez l'Ensemble Vocal des Cévennes pour la saison 2015-2016.

 

Nombreux sont ceux qui ont assisté ou ont eu des échos des très beaux concerts des 19 et 20 juillet derniers donnés par l'Ensemble Vocal réuni avec l'Ensemble Instrumental des Cévennes. Sous la direction de Karen Kapferer, et avec la présence des solistes professionnels Muriel Tomao (soprano), Christel Lindstat (mezzo-contrealto), Samuel Oddos (ténor) et Rafaël Marbaud (basse), Mozart, avec la Messe du couronnement et les vêpres solennelles d'un confesseur, était à l'honneur.

Si, vous aussi, vous êtes attirés par la musique classique, si vous aimez chanter, vous pouvez être acteurs des prochains programmes de l'année 2015-2016.

Il suffit de contacter Karen Kapferer au 09 60 41 66 53 ou à l'adresse mail suivante : karen.kapferer@gmail.com.

Vous pouvez vous rendre compte de notre manière de travailler en vous rendant à notre première répétition du lundi 14 septembre à 19 heures à St jean du Gard – salle Mont Brion (près de la halle au marché).   

 

Monique Feldman

  

 

                                             + + + + + + + + + +

 

 

La fête de l'alto édition 2015

Pensez à réserver dès à présent la dernière semaine d'août, du lundi 24 au samedi 29, et profitez pleinement des nombreuses manifestations musicales et culturelles de la 3è fête de l'Alto à Lasalle.

 

Vous trouverez le programme détaillé dans le Grillon papier de juillet/août 2015.

 

 

 

Les amis de la bibliothèque: atelier, rencontres et contes

...à la rencontre des contes avec leur auteur

Les amis de la bibliothèque ont reçu à la médiathèque un auteur bien connu à Lasalle non pour ses livres mais pour sa participation à la vie du village.

Le 29 mai dernier, Gérard FELDMAN nous a présenté son livre "Contes pour ne pas s'endormir". Un livre de huit contes traitant de transmission, du narcissisme, des rapports de l'homme et de la nature, de l'exclusion, de l'abandon, du rejet, du sens de l'histoire (s'il y en a un) et de la démocratie...


Vous lirez la suite de cet article dans le grillon papier de juillet/août 2015





  Une nouvelle équipe pour une nouvelle saison


Fidèle à la tradition, quelques semaines après la rentrée des classes, l’association des parents d’élèves de l’école de Lasalle a tenu son assemblée générale

 

Après avoir souhaité la bienvenue à tous et expliqué le rôle et le fonctionnement de l’APE, les membres  ont insisté sur le rôle important que joue cette instance associative dans la scolarité des enfants (aide financière aux projets pédagogiques, convivialité dans l’école et dans le village, être à l’écoute des familles et les faire participer à la vie de l’école, travailler en étroite collaboration avec l’équipe pédagogique, se regrouper avec d’autres associations pour organiser des manifestations, être attentive à toutes les réformes de l'Education Nationale, communiquer et informer les parents).

 

Les responsables ont présenté le rapport moral, d’activités et financier pour l’année scolaire septembre 2013- septembre 2014.

 

Il a été évoqué les diverses et multiples animations (stand à la fête de la châtaigne, loto, spectacle, goûter et animations de noël, carnaval en association avec le centre de loisirs, fête des enfants, vente d'oreillettes, tournée des fougasses, marché aux fleurs, vente des calendriers entièrement réalisés par les parents d'élèves, fête de l'école en collaboration avec les enseignants, fête pour dévoiler le nom de l'école en partenariat avec la mairie) organisées durant l'année scolaire 2013-2014.

 

Toutes ces manifestations ont connu un vif succès grâce au travail, au dévouement et à la volonté des membres de l’association ainsi qu’à tous les bénévoles du village et/ou du canton qui se sont mobilisés à titre individuel ou associatif.

 

Le rapport d’activités liste, aussi, le travail de communication et d’information que les membres de l’APE ont réalisé auprès des parents et/ou auprès de différentes institutions (réforme des rythmes scolaires (sondage, comptes rendus), notes trimestrielles d'information adressées aux parents pour leur donner le bilan moral et financier des animations ou leur faire part des actions menées par l'association, demande de subvention aux collectivités locales, articles dans les journaux locaux, conseil d'école, correspondances et réunions avec la mairie...).

 

Le bilan financier a ensuite été exposé et s’avère très largement positif malgré un important soutien financier de 6000€ aux projets pédagogiques proposés par les enseignants pour chaque classe, qui se sont avérés encore une fois très intéressants et enrichissants pour les élèves.

 

Les membres, élus lors de l'assemblée générale, au conseil d’administration pour l’année scolaire 2013-2014 sont :

 

Michaël BERLY

Rachel BOUCHOUX

Sylvie BRETON

Anne DEBRAY

Aurore DELIGHAZARIAN

Catherine FAYET

Maryline KERNER

Julie LEBONDIDIER

Patricia MARINIER

Marie-Ange MOULIERE-PIBAROT

Sophie SUTTER

Julie TIRODE

Laurie WISNIEWSKI

 

Le conseil d’administration a alors élu les membres du bureau comme suit :

 

Présidente : Rachel BOUCHOUX

Vice-Présidente : Patricia MARINIER

Trésorière : Catherine FAYET

Trésorière Adjointe : Sylvie BRETON

Secrétaire : Aurore DELIGHAZARIAN

              Secrétaire Adjointe : Laurie WISNIEWSKI

 

Sont également membres de l’APE mais n’ont pas souhaité rentrer au conseil d’administration :

 

Noémie André-Baldit, Magali Bilbao, Nadia Cros, Florence Garnier, Catherine Jallet, Maria Langer, Valérie Nicolas, Estelle Nogarede, Betty Pensa, Cécile Yvanez, Roland Yvanez, Joël Thérond.

 

L’ancienne équipe se réjouit de l’arrivée de nouveaux parents et remercie pour

leur dévouement, leur enthousiasme et leur dynamisme au sein de l’association durant cette année ou pendant plusieurs années, Patricia Agutte, Yolaine Biguet, Kareen Chacornas, Sandrine Dambrosio, Guy Draï, Géraldine Magny, Caroline Reboul, Adriana Popa, Christelle Thérond qui quittent l'association.

 

Pascale Almèras passe le relai à sa collègue et amie, Rachel Bouchoux, elle est  ravie de s'être investie pendant douze ans à la vie de l'association et d'avoir œuvré amicalement et cordialement avec l'ensemble des membres de l'APE qui se sont succédé au fil des ans, pour tous les enfants de notre petite école rurale chaleureuse et dynamique.

Elle souhaite avec les "nouveaux partants"" bon vent" à la nouvelle équipe qui a, elle aussi, beaucoup d'énergie et qui est, elle aussi, très soucieuse du bien-être des enfants.

 

Comme les années précédentes, l’association a décidé de constituer une liste de 12 candidats (6 titulaires-6 suppléants) pour les élections des représentants des parents d’élèves au conseil d’école qui ont été reportées dans le département du Gard au 14 novembre 2014 à cause des intempéries.

Les candidats sont les suivants :

 

Laurie WISNIEWSKI

Joël THEROND

Patricia MARINIER

Sylvie BRETON

Sophie SUTTER

Magali BILBAO

Catherine FAYET

Maryline KERNER

Aurore DELIGHAZARIAN

Valérie NICOLAS

Rachel BOUCHOUX

Nadia CROS

 

Les membres de l’APE souhaitent comme chaque année fédérer le plus grand nombre de parents autour de l’école, lors des moments conviviaux et festifs.

Aussi, les parents sont les bienvenus à tous moments dans l’année, ils peuvent rejoindre l’association et venir participer à la vie de l’école de leurs enfants, car plus nous serons nombreux, plus nous serons dynamiques.

 

Transmis par Pascale Alméras

 

 

 

 

 

 L'avenir du Grillon

 

Amis du Grillon, bonjour !!!!

 

La scène se passe un lundi matin sur la Place du marché :

 

- Bonjour Gérard, alors, il paraît que le Grillon va disparaître ?

- Bonjour Théodule, qui t'a raconté une chose pareille ?

- Tout le monde en parle. Ce serait vraiment dommage. Le Grillon, c'est un monument dans le pays. Il ne faudrait pas qu'il s'arrête.

- Est-ce que l'eau qui coule à la Fontaine de l'Amour va s'arrêter de couler ?

- Non, pourquoi tu me dis ça ?

- Ce n'est jamais la même eau qui coule, mais elle coule toujours. Pour le Grillon c'est pareil.

- Je ne comprends pas.

- J'ai juste annoncé ne plus vouloir assumer la responsabilité du Grillon. Mais depuis 79, les pages du Grillon alimentent le village. Et pourtant, il y en a eu des responsables différents. Ça n'a pas empêché le Grillon de continuer, même si la source s'est parfois momentanément tarie. Alors, si Tout le monde y tient, Tout le monde trouvera une solution.

 

Le Grillon, ce n'est pas seulement un petit sigle qui se signale à l'attention acérée de nos lecteurs. Ce n'est pas seulement du papier au format A3 plié en deux rien qu'à l'idée de recevoir des caractères d'imprimerie. C'est un être vivant, fait de celles et ceux qui participent à sa confection. Comme tout être vivant, il bouge et évolue.... D'autant plus que tous ses acteurs sont totalement bénévoles et peuvent voir leur temps libre se réduire à tout moment.

 

Un petit peu d'histoire

 

Le Grillon a été fondé en 1979 à l'initiative du Dr Violette Brunet qui était le (la) Maire de Lasalle. Il ne s'agissait pas d'un simple bulletin municipal, mais d'un journal associatif. Il donnait des informations, mais demandait aussi la participation la plus large des habitants à sa rédaction. L'équipe actuelle du Grillon s'est engagée en novembre 2010. Pourquoi ? Justement parce que le Grillon allait disparaître. A cette époque, il était fabriqué par l'Association Culture Loisirs (A.C.L.) qui disposait d'un personnel salarié pour le faire. Malheureusement, son président, M. Raymond Pantel démissionnait, l'association se dissolvait et le Grillon avec elle.

 

Dans cette situation, en septembre 2010, le Maire de Lasalle, M. Henri de Latour a réuni les bonnes volontés pour relancer le Grillon. C'est au cours de ces réunions qu'une équipe s'est dégagée pour faire revivre le journal. Une nouvelle association a été créée : l'association Le Grillon. Un numéro cadeau - gratuit, financé par la mairie a marqué le redémarrage en décembre 2010. Et depuis, nous publions le journal, 4 ans durant, chaque mois de l'année. Depuis cette date, 48 numéros entre 28 et 34 pages arrivent ponctuellement chez les distributeurs et dans les boîtes aux lettres des abonnés.

 

Tout le monde comprend que cela ne se fait pas tout seul. Il a fallu que toute l'équipe s'investisse beaucoup. Heureusement dans une ambiance très amicale.

 

Depuis quatre ans, la même équipe, avec quelques variantes, assure la couverture des événements, la rencontre avec les personnes, la collecte et le plus souvent l'écriture ou la réécriture des articles, la mise en page, la correction et la recorrection, l'impression, l'agrafage (jusqu'au mois d'avril dernier), l'insertion de l'agenda de la Régie, l'envoi aux abonnés, la distribution, la collecte de l'argent et des invendus, le suivi de la trésorerie...

 

Depuis 4 ans, la même équipe, ou à peu près depuis les élections municipales, se réunit chaque mois pour faire le point sur le numéro paru et préparer le prochain. Une équipe composée uniquement de bénévoles, et qui ne peut compter que sur l'appui et la complicité des habitants du Val de Salindrenque pour vivre.

 

Ces bénévoles ont permis au journal de poursuivre sa route. Ils sont prêts à continuer.

 

Mais cela ne suffit pas. Pour que le journal puisse sortir, il faut aussi un responsable qui impulse, propose, coordonne, écrive quand c'est nécessaire, fasse le lien avec les lecteurs, les rédacteurs, les associations, les institutions...

 

Ce rôle très prenant a été tenu jusqu'à présent par notre Président : Gérard Feldman. Il l'a tenu pendant quatre ans. Il souhaite maintenant être remplacé pour des raisons purement personnelles, même s'il accepte de continuer à participer à l'équipe du journal. Cela paraît naturel. D'autant plus que les statuts du Grillon ne prévoient pas de nommer un Président à vie. Ce serait même contraire à nos conceptions démocratiques.

 

En clair, pour continuer, le Grillon cherche un nouveau responsable pour poursuivre une aventure qui fait partie intégrante du paysage lasallois. Si nous n'en trouvons pas, nous assurerons alors notre service jusqu'à la fin de l'année, et sans doute même jusqu'en janvier, mais sans pouvoir aller au-delà.

 

Le travail accompli

 

C'est l'occasion de faire le point sur le travail accompli.

 

Depuis décembre 2010, nous avons voulu nous situer dans le respect et la continuité de l'ancien Grillon, tout en le modernisant. Nous avons réfléchi sur ce que pouvait apporter un journal indépendant de la Mairie et de toute autre influence partisane, institutionnelle, religieuse ou commerciale.

 

Nous n'avons pas voulu entrer dans les querelles de clans, les polémiques et, au contraire, nous avons voulu ressembler à une place de village, un lieu où tout le monde viendrait pour se rencontrer, pour s'informer de ce que font les uns et les autres, pour discuter même quand on n'est pas d'accord, et tout en restant bons amis.

 

C'est dans cet esprit que nous avons structuré le journal, avec ses rubriques actuelles. Certaines existaient déjà, d'autres ont vu le jour.

 

La rubrique ˝vie des associations˝, comme son nom l'indique, appartient aux associations. Elles peuvent non seulement y communiquer leurs rendez-vous, (l'agenda de la Régie remplit efficacement cette fonction) mais surtout faire des articles pour expliquer ce qu'elles proposent, les raisons de leurs choix, leurs objectifs... et convaincre ainsi le plus grand nombre de les rejoindre.

 

La rubrique ˝vie locale˝ permet, comme son nom l'indique, de donner les nouvelles qui concernent tout le monde : les travaux en cours, les projets municipaux, l'état civil...

 

La rubrique ˝portrait du mois˝ a permis, avec aujourd'hui 41 entretiens, de mieux connaître de manière très concrète, celles et ceux qui composent notre population à Lasalle et dans les environs, de mieux connaître ce que chacune et chacun apporte par sa singularité à la vie de toutes et de tous. Son succès nous a permis d'éditer deux livres, à compte d'éditeur, chez Lacour-Ollé à Nîmes.

 

La rubrique ˝patrimoine˝ s'est efforcée à la fois de rendre compte non seulement des bâtiments anciens, mais aussi de notre riche patrimoine historique, culturel, mais aussi naturel (faune et  flore)

 

La rubrique ˝vie économique et sociale˝ a voulu faire connaître les nouvelles entreprises des villages, mais aussi aborder les questions qui touchent à la vie quotidienne telles que l'eau, les rythmes scolaires, l'urbanisme ou le rôle économique des associations...

 

La rubrique ˝Libre opinion˝ a permis à toutes les parties qui le souhaitait de s'exprimer dans les débats qui ont traversé nos communes, que ce soit à propos du Plan d'Urbanisme Local, des nouvelles communautés de communes, des rallyes, de l'école, ou des élections. Seuls celles et ceux qui n'ont pas voulu y participer ont été privés de cette tribune.

 

La rubrique ˝Libre création˝ a offert à toutes celles et tous ceux qui écrivent, dessinent, photographient – et ils sont nombreux – la possibilité de partager leurs réalisations. Elle a permis grâce au concours d'écriture des échanges intéressants, notamment avec les écoles.

 

La rubrique ˝recettes˝ n'est pas la simple reprise de recettes piquées dans des livres ou sur internet. Elle se veut un partage d'expériences avec des plats réellement préparés et réellement dégustés.

 

Le site internet a voulu non seulement partager plus largement le journal papier, mais aussi faire échos à l'actualité,  signaler des liens, avoir un dialogue avec nos lecteurs.

 

Un lien trop inégal avec les villages

 

Après quatre années, durant lesquelles nous avons maintenu cette ligne éditoriale, nous aurions souhaité créer un lien plus fort avec les villages du Val de Salindrenque. Nous n'avons pas réussi par exemple, à trouver de correspondants dans chaque village pour faire le lien avec ce qui pouvait se passer. Nous sommes sans doute passés à côté d'événements, d'associations, de personnes dont il aurait été intéressant de parler. Nous avons connu des réticences à participer à telle ou telle initiative proposée par le journal...

 

Nous avons l'impression qu'actuellement l'équipe du Grillon est considérée comme une équipe de spécialistes, presque de professionnels, ce que nous ne sommes absolument pas. Notre travail est apprécié, le niveau des ventes régulièrement au-dessus de 300 exemplaires, et parfois beaucoup plus, le montre. Les compliments que nous recevons souvent aussi. Mais c'est une équipe à laquelle on a totalement délégué la responsabilité du journal de tous.

 

Un nouveau responsable pourra sûrement améliorer la participation de tous à notre bien commun. Nous l'appelons de nos vœux.

 

 

 

Le Comité de rédaction du Grillon

   



 

 Assemblée Générale de l'APAHL du 20 août dernier

 

˝Une association vivante et en marche˝

 

Le 20 août dernier l'association pour l'aménagement harmonieux de Lasalle, l'APAHL, a tenu son assemblée générale annuelle, en présence d'une trentaine de participants.

 

L'occasion pour son Président, Jacques Ramat, de faire le point sur l'activité passée et les perspectives à venir.

 

L'association, initialement constituée pour s'opposer au projet de déviation Nord envisagée il y a une quinzaine d'années, a beaucoup évoluée depuis en s'intéressant à la vie et l'évolution de la commune et en formulant des propositions pour un développement durable de notre village. De la même façon, les relations quelquefois difficiles avec les élus à l'origine sont devenues plus structurées (participation active et critique aux commissions), l'objectif étant de bien faire valoir le point de vue de l'association dans un souci de participation constructive.

 

C'est ainsi que sur un projet aussi important que le Plan Local d'Urbanisme (PLU), l'association a insisté, et a été entendue, pour que les zones ouvertes à l'urbanisation soient prioritairement situées à l'entrée du village pour éviter d'aggraver les problèmes de circulation. Aujourd'hui le PLU est proche de son approbation par le Conseil Municipal, sous réserve qu'une zone dans le secteur de La Vivarié ne subisse pas de modifications demandées par une partie des riverains.

 

Le Président de l'APAHL a également suivi de près l'évolution de la maison de santé qui devrait être opérationnelle à l'automne 2015. Ce projet permettra de regrouper l'ensemble des professions médicales et paramédicales dans un lieu unique, parfaitement adapté à l'accueil des patients et disposant d'un plateau de soins optimisé. À noter que cette opération sous maitrise d'ouvrage communale, financée moitié par des subventions et moitié par un emprunt, ne devrait pas grever le budget communal, le remboursement de l'emprunt étant couvert par les loyers payés par les professionnels installés dans la maison médicale. Il est toutefois fait remarquer que l'édification de cet immeuble fera perdre un nombre significatif de places de parking, particulièrement utiles dans cette zone. L'association adressera un courrier au Maire pour l'interroger sur les solutions envisagées pour remédier à ce problème.

 

Sur un tout autre plan, M. Ramat est revenu sur le projet de l'association d'aménager la vanne du gouffre Mourier, pour permettre une meilleure gestion du fil de l'eau et donc avoir un plan d'eau plus propre et au niveau mieux maitrisé. Une subvention devrait s'ajouter à la participation de l'APAHL (700 euros) pour procéder à cet aménagement.

 

Autre dossier évoqué au cours de cette AG, la vente de l'usine Paulhan avec l'installation d'une entreprise spécialisée dans l'éclairage pour décorations et location de matériel. Cette vente décharge la commune de la lourde responsabilité de l'entretien de cet imposant bâtiment, l'acquéreur s'étant engagé à le restaurer progressivement.

 

Les participants ont ensuite débattu du rôle et des missions à venir de l'association. Un consensus s'est fait sur la poursuite des actions d'information et de veille conduites par l'APAHL. C'est ainsi que lors de l'enquête publique à venir sur le PLU, l'association exprimera son point de vue qui sera soumis à l'approbation de ses membres avant publication.

Une réflexion sera par ailleurs entreprise sur les recommandations à formuler en matière de prescriptions architecturales et de rénovation de façades dans le village.

 

Une association vivante et en marche donc, qui revendique sa légitimité à intervenir sur tous les sujets intéressants le devenir de Lasalle. Et qui réaffirme sa volonté de s'ouvrir davantage encore à tous les lasallois qui souhaitent participer à son action.

 

"Plus nous serons nombreux plus nous serons efficaces !"

 

Contacts APAHL : apahl30460@gmail.com

 

Frédéric Bourguet

 

  



˝Lasalle est pleine˝

Un entretien avec Marc Marder, contrebassiste et compositeur.

 

Le Grillon a présenté dans son numéro d'août un événement exceptionnel qui s'est déroulé à Lasalle pour la deuxième année consécutive : la fête de l'alto. Cette manifestation a réuni, sous la direction musicale de Pierre Henri Xuereb, des artistes de classe internationale qui ont donné des concerts très variés, du classique au contemporain, en passant par le tango ou la chanson.

 

Un public nombreux a profité de cette occasion pour apprécier la virtuosité de ces musiciens qui sont ou ont été des professeurs de grands conservatoires et qui ont tous joué avec de très grands orchestres.

 

Dans le même temps, les altistes Pierre-Henri Xuereb et Sonia Laziz, l'accordéoniste Grégoy Daltin, et le harpiste Fabrice Pierre ont animé des classes de maîtres avec de jeunes musiciens. Ceux-ci ont présenté leur travail au Temple à la fin du stage.

 

Cette fête de l'alto a été notamment marquée par une création mondiale au titre évocateur : ˝Lasalle est pleine˝. Le Grillon a eu le privilège de bavarder avec son compositeur, Marc Marder, qui a largement contribué au succès des spectacles offerts.

 

Le Grillon : - M. Marder, vous êtes très connu dans le milieu musical, mais sans doute peu de nos lecteurs. Pouvez-vous vous présenter ?

 

Marc Marder : - Je suis né à New York où j'ai commencé à jouer de la contrebasse dès l'âge de 14 ans. J'ai débuté en 1975 au Festival de Marlboro dirigé par Rudolf Serkin. Je suis venu en France en 1977 pour jouer avec l'Ensemble Intercontemporain de Pierre Boulez. J'ai enseigné la contrebasse au Conservateur National Supérieur de Lyon de 1984 à 1993 et la musique de chambre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. J'ai eu envie de me diversifier. J'ai joué aussi bien de la musique baroque que de la musique de chambre, du jazz ou du tango... J'ai composé ma première musique de film en 1989. C'était pour accompagner un film muet de Charles Lane qui s'appelle ˝Sidewalk Stories˝. J'en ai montré des extraits au Festival du documentaire de Lasalle en mai dernier. Cette composition m'a valu le Deutsche Schallplaten Preis. J'ai composé aussi pour les Studios Disney en 1991 (True Identity) et surtout pour les 18 films du réalisateur franco cambodgien Rithy Panh dont on a pu voir ˝L'image manquante˝ au Festival du documentaire de Lasalle. Je viens d'apprendre qu'en octobre prochain, on me décernera le 8éme prix de la SACEM – Radio France, pour la musique de ce film qui a déjà obtenu le prix dans la section Un Certain Regard au Festival de Cannes en 2013. Pour résumer : je joue de la contrebasse et je compose de la musique.

 

Le Grillon : - Vous êtes donc déjà venu à Lasalle ?

 

Marc Marder : - Oui, Pierre Henri Xuereb qui habite dans les Cévennes, à Vallerargue, m'a informé de la tenue du Festival du film documentaire. Il m'a demandé si j'étais intéressé pour venir et présenter le film ˝L'image manquante˝ et aussi pour faire une conférence sur la musique de film. J'ai accepté avec plaisir.

 

Le Grillon : - C'est pour cette raison que vous avez composé cette musique dédiée à notre village, ˝Lasalle est pleine˝ ?

 

Marc Marder : - Nous avions parlé d'une composition particulière avant le Festival du film. Puis, cela a été annoncé publiquement avant même que cela ne soit écrit. Alors j'ai dit d'accord et je me suis mis à composer pour les gens de Lasalle et pour le Festival.

 

Le Grillon : - Quelles sont les impressions que vous avez de Lasalle ? Quelles sont celles qui vous ont guidées pour composer votre musique ?

 

Marc Marder : - J'ai ressenti une atmosphère très particulière, originale. C'est un endroit très fort, avec des personnalités qu'on ne trouve pas ailleurs. Je l'ai ressenti, sans connaître l'histoire du pays, la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, les camisards... J'ai aussi ressenti que les gens ne s'ouvraient pas à vous immédiatement. Il fallait faire ses preuves. Montrer qu'on le méritait. Cette ambiance me rappelle le Vermont aux Etats Unis. Un des seuls Etats non religieux des premières colonies anglaises. Les gens y ont un caractère très indépendant. Là-bas, pour être accepté, il faut avoir passé l'hiver.

 

Le Grillon : - Cette composition pourrait-elle devenir un hymne pour Lasalle ?

 

Marc Marder : - Je ne crois pas. Peut-être le dernier tiers du morceau seulement. La musique est assez disjonctée. Il y a plein de tonalités différentes en même temps. C'est mon idée de l'endroit. Quand on est à Lasalle, on ressent un mélange des styles et des gens. Il y a beaucoup d'activités éclatées et simultanées, même si les rues paraissent vides.

 

Le Grillon : - Pourquoi ce titre ?

 

Marc Marder : - J'essaie de trouver des titres décalés. Les titres sont faits pour s'amuser. Dans le même genre, j'ai intitulé ˝Pièces détachées pour Instruments à vent˝, un quintette de 2011, pour les solistes de l'Orchestre Philharmonique de Radio France.

 

Le Grillon : - Comment les lasallois qui n'ont pas assisté aux concerts pourront-ils connaître cette musique qui leur est dédiée ?

 

Marc Marder : - Je ne sais pas. Je n'y ai pas encore pensé. Cela pourrait se faire sur un site.

 

Le Grillon : - Le site du Grillon ?

 

Marc Marder : - Oui. Et aussi sur celui de la Mairie.

 

Le Grillon : - Quelle différence faites-vous entre le Festival du documentaire et la Fête de l'alto ?

 

Marc Marder : - L'ambiance est plus paisible à la Fête de l'alto. Il y a moins d'enjeu. Dès qu'un film est projeté, il y a du stress, parce qu'il y a de l'argent en jeu. Même pour les documentaires militants. La carrière d'un film est basée sur son actualité au moment où il sort. Il faut qu'il soit vu pour intéresser les distributeurs, les producteurs, la télévision... On ne peut pas éviter ça. Pour la Fête de l'alto ce sont des classes et des concerts plus décontractés. Le cinéma est forcément commercial car il mobilise de fortes sommes d'argent. La musique, non : on peut la jouer dans son salon.

 

Le Grillon : - Vous avez étonné et subjugué le public avec un morceau très particulier intitulé ˝Valentine˝. Il utilise toutes les possibilités de la contrebasse, y compris sa caisse, pour en sortir toutes sortes de sons. Vous utilisez aussi la voix...

 

Marc Marder : - Oui, il s'agit d'une partition composée par Jacob Druckman pour mon professeur à New York, Alvin Brehm en 1969. Cela raconte une histoire d'amour entre le contrebassiste et son instrument. C'est en m'écoutant jouer cette pièce que Charles Lane et Rithy Panh m'ont demandé de composer la musique de leurs films. Ce morceau représente beaucoup pour moi. C'est mon préféré pour l'instrument avec la Truite de Schubert. Pierre Henri Xuereb a accepté d'intégrer ce style très particulier à la programmation car il est très ouvert. Il a lui-même beaucoup expérimenté dans des registres très variés.

 

Le Grillon : - Vous avez apprécié la semaine passée à Lasalle pour la Fête de l'alto ?

 

Marc Marder : - C'était superbe. Pierre Henri Xuereb a une manière bien agréable de travailler. Il est très décontracté et, avec lui, les choses s'enchaînent logiquement, d'elles-mêmes. C'est vrai aussi pour les autres musiciens : Grégory Dalton, Fabrice Pierre...Il y a eu beaucoup de travail, et en même temps, c'était très convivial, très chaleureux. Le fait que cela se passe dans un petit village y est pour beaucoup. Le contact avec le public est immédiat contrairement aux grands festivals. Et les salles étaient réellement pleines que ce soit à Lasalle, à Ste Croix de Caderle, ou à Seynes où nous avons joué. Je me suis aussi un peu promené tout le long de la rivière. J'aime beaucoup ces lieux. Ce serait bien de revenir. Il faudrait que je trouve un répertoire pour la contrebasse ou que j'écrive un Lasalle 2.

 

Propos recueillis par Gérard Feldman


     

Club Cévenol : promenade autour du stade de Lasalle

 

Par un beau dimanche matin, vers la fin du mois de juin, le Club Cévenol a eu la drôle d'idée de proposer aux habitants et visiteurs de nos contrées sauvages, une promenade autour du stade. Une idée vraiment bizarre. Qui ne connait pas le stade de Lasalle, son tennis, et sa médiathèque qui le brave chaque jour ? Tout le monde vous le dira : il n'y a rien à voir. Sauf les jours de match de foot ou de rugby. Mais si vous rencontrez une personne parmi la vingtaine qui a malgré tout répondu à cette invitation saugrenue, et si vous réussissez à la faire parler, elle vous le confiera : oui, autour du stade, il y a des trésors inconnus et ils méritent le détour.

 

Pour s'en rendre compte, il fallait naturellement un spécialiste. Le Club Cévenol a eu la bonne idée d'inviter Alain Renaux, le bien-connu ethnobotaniste du Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive (CEFE) du CNRS de Montpellier. Il a participé au programme sur l’évolution des espèces endémiques en milieu méditéranéen et collaboré aux recherches sur l’écologie et la conservation des espèces. Il encadre sur le terrain des étudiants en master et en thèse. Il organise aussi de nombreuses conférences et sorties botaniques pour le grand public et les élèves des lycées et collèges. Il a écrit de nombreux livres reconnus sur le sujet tels que ˝L'Herbier du Roy ˝ (éd. de la Réunion des musées nationaux, 2008) ou le ˝Savoir en Herbe˝ (éd. Les Presses du Languedoc, 1998 et 2011). Il ne reste plus malheureusement que quelques exemplaires chez l'auteur, car l'éditeur est en liquidation judiciaire.

 

En sa présence, de vulgaires herbes tout juste bonnes à tondre ou à débroussailler, deviennent des perles rares qui peuvent vous nourrir, vous soigner, vous empoisonner, faire de la musique  ou nous raconter des histoires. La moindre pousse se transforme en chant merveilleux à la gloire de l'intelligence et de la sensiblité de la nature. Et, cerise sur le gâteau, cet enchantement n'exclut pas du tout des explications précises, qu'on peut même dire – n'ayons pas peur des mots – scientifiques.

 

Apprendre à observer

Les promeneurs ont d'abord appris l'importance de l'observation avec un exemple très gluant : l'escargot.

 

Savez-vous dessiner deux escargots qui se rencontrent ? Quel est le sens de la spirale par rapport à la tête ? 

 

…la suite dans le grillon d’août 2014 en vente chez les commerçants deLasalle

 

 

 

La visite des châteaux avec le Club Cévenol

 

Vers la fin du mois de juillet, le Club Cévenol a proposé un nouveau parcours aux lasallois et assimilés ainsi qu'aux touristes intéressés : la visite des châteaux du Val de Salindrenque. Cette association assure bénévolement durant tout l'été de nombreuses découvertes de paysages, de bâtiments, de conférences…qui permettent aux personnes intéressées de se familiariser avec les Cévennes. Beaucoup de cévenols, même connaisseurs du pays, trouvent toujours du plaisir à y participer.

 

L'initiative a eu beaucoup de succès puisqu'une soixantaine de personnes selon les organisateurs, mais aussi selon la police, se pressait pour suivre l'événement. Luc Meilhac, pour le Club Cévenol conduisait la promenade qu'il agrémentait de ses commentaires sur l'histoire de ces lieux très liés à l'histoire locale.

 

Les participants purent ainsi découvrir le château de Cornely, haut lieu de la résistance camisarde et maquisarde– malheureusement encore fermé en l'absence des nouveaux propriétaires – le château du Solier où ils ont le bonheur d'être reçus par M. Etienne de Cazenove, maître des lieux, et le château d'Algues.

 

Bien sûr, bien d'autres châteaux restent à découvrir dans le Val de Salindrenque, mais une matinée suffisait à peine pour ces trois-là.

 

Pour nos lectrices et lecteurs qui ont raté cette belle matinée, voici quelques photos prises par Jean-Claude Wollès. Nous espérons qu'elles vous donneront envie de venir l'année prochaine.

 

G.F

 

 

 

 

Paroles de jeunes

 

Nell Victorien et Julien Dagou sont des jeunes de Soudorgues et de Lasalle qui participent au spectacle, ils nous offrent leurs impressions :

 

- On improvise à partir d'un objet, le miroir, il y a de la matière, c'est plus facile que l'année dernière, quand nous avions travailler sur les ˝ Souffles ˝. Le souffle, le vent, ça ne se voit pas. Le travail en miroir entre nous favorise l'écoute.

 

- On propose des idées aux profs. Dès fois ils n'apprécient pas. Ou alors elles sont impossibles à réaliser. Mais dès fois ça marche. Par exemple : mettre des objets dans l'eau qui fait miroir ou intégrer de la lumière dans des objets...

 

- Ca fait plaisir de voir les parents s'investir dans la fabrication des costumes ou des décors, ou quand ils viennent voir le spectacle. Nous sentons que que notre travail a de l'importance pour eux.

 

- Quand on danse, on se déconnecte de la réalité. C'est une belle sensation.

 

- Certains élèves extérieurs à l’atelier artistique pensent que nous faisons ça pour supprimer des heures de cours et faire des sorties. Ce n'est pas vrai. D'ailleurs c'est très sérieux. Si nous nous absentons de l’atelier sans raison valable, nous avons des heures de colles.

 

- Pour un garçon, c'est plus difficile de danser à cause du regard des autres garçons. Il y a plein de préjugés. J'ai failli arrêter à cause de ça. Les moqueries sont parfois dures à supporter.

 

- Nous ne voulons pas devenir danseurs professionnels, mais c'est un loisir très motivant. C'est très stimulant de participer à un projet de spectacle. On sait pourquoi on travail, et on voit le résultat.

˝ La traversée du miroir ˝

 

Les 20 et 21 juin à 19 heures à Lasalle – Filature du Pont de fer

 

Traversez le miroir et entrez dans la danse

 

Avez-vous déjà essayé de passer au travers d'un miroir ? Pas facile à réaliser ; C'est pourtant ce que vous ferez - entre autres - en allant à la Filature du Pont de Fer les 20 et /ou 21 juin prochains à 19 heures. Vous y verrez en effet,˝La traversée du miroir˝, un spectacle de danse multi-média, proposé par l'atelier artistique du collège de Saint-Hippolyte. Les danseurs sont 13 élèves du collège. Ils bénéficient depuis trois ans de l'engagement d'Anna Pécanac, ancienne danseuse professionnelle et professeur certifié d'E.P.S. spécialisée dans l'art de la danse.

 

Madame Pécanac, Mme Djanet Destailleurs, scénographe, vidéaste, (elle s'occupe aussi des décors et des costumes), et deux élèves Nell Victorien et Julien Dagou ont bien voulu rencontrer notre journal pour nous faire partager le vécu de leur projet qui bénéficie aussi des interventions de Mme Mathilde Duclaux, chorégraphe de la Compagnie Marie Louise Bouillonne, relayée par Marie Ange Amiand. Une photographe, Mme Fabienne Fourel participe aussi au projet en initiant les élèves de 5ième B à la prise de photos. On pourra voir l'exposition de leurs œuvres accompagnées de textes à la Filature du Pont de Fer.

 

L’atelier artistique du collège de Saint Hippolyte est une spécificité locale avec le soutien du Principal M. Ivan Guezennec. En quoi cela consiste-t- il ? Les élèves qui le souhaitent peuvent bénéficier, chaque semaine, de deux heures de danse intégrées dans leur emploi du temps. Cela fonctionne depuis trois ans, et deux véritables spectacles ont déjà été produits. Une création réalisée avec Bruno Danjoux ˝Etre écrit˝, et un autre spectacle intitulé ˝Souffles˝. Rien à voir avec les fêtes d'écoles qui précèdent les vacances. Ces ateliers permettent tout au long de l'année un travail pluridisciplinaire en liaison avec le professeur de Lettres qui travaille sur des textes et le professeur d'Arts Plastiques... L'engagement dans cet atelier permet aux élèves de se familiariser avec l'univers de la danse en allant voir par exemple, Kader Attou à Montpellier au Lycée Jean Monnet qui propose une filière bac centrée sur la danse, ou des spectacles de la compagnie Pina Baush pour la pièce ˝1980˝à Nîmes en décembre dernier ou ˝ Panorama ˝ de Decouflé.

 

Le thème du miroir a été choisi cette année pour son puissant pouvoir d'évocation, en particulier chez de jeunes adolescents. Pour Anna Pecanac,˝Le narcissisme ou la détestation de soi sont le point de départ˝. Djanet Destailleurs souligne que ˝ le mot miroir vient étymologiquement du latin mirare qui veut dire admirer, mais aussi regarder avec surprise. Il y a des nombreuses références au miroir notamment en Irlande (les miroirs sont recouverts quand des gens meurent) ou en Afrique mais aussi dans la culture occidentale avec les Marx Brothers dans ˝ la soupe au canard ˝, ˝ Orphée ˝ de Jean Cocteau,˝ Alice au pays des merveilles ˝ ou ˝ Blanche neige ˝, y compris version Walt Disney, et bien d'autres ˝

 

N'est-ce pas une belle façon de capter le regard des jeunes sur le monde et sur eux-mêmes ? Le miroir permet de jouer sur l'être et le paraître, le vrai ou le faux, sur l'intériorité et l'extériorité, sur le monde inversé des images, sur la taille des objets...

 

Anna Pécanac, souligne qu'il s'agit ˝ d'une expérience humaine forte ˝. ˝ On travaille beaucoup sur l'improvisation, l'épanouissement des élèves au travers des sensations qu'ils éprouvent dans la qualité de leurs mouvements, et aussi dans leurs relations aux autres. Cele leur demande beaucoup d'écoute et de concentration. C'est un échange intense d'expériences corporelles très intuitives et sensibles. On ne garde dans l'écriture chorégraphique que ce qui est véritablement intégré par les corps. C'est alors seulement que s'appliquent les contraintes des règles et de la composition ˝.

 

Pourquoi ce spectacle à Lasalle ?

 

˝Des élèves de Lasalle et des communes environnantes font partie de la troupe. Des parents nous aident beaucoup. Mais Lasalle offre aussi beaucoup de ressources. Nous y avons trouvé une salle très adaptée aux besoins du spectacle avec la Filature du Pont de Fer. Nous pourrons même y faire une partie du stage qui va précéder le spectacle du 16 au 21 juin. Nous avons aussi trouvé une association, l'Art scène, qui nous offre un soutien logistique important avec Christophe Lombard et Pierre de Goërs, relayés par Ian Magillon du Roy Hart pour les éclairages. Le Maire nous a aussi réservé un bon accueil˝, soulignent les responsables du projet.

 

Bénéficiez vous d'un soutien institutionnel ?

 

˝ Oui ˝ m'assure Anna Pécanac, ˝nous avons le soutien du collège bien entendu, mais aussi le soutien financier de la D.A.A.C. (Direction des Affaires Artistiques et Culturelles) et de la D.R.A.C. (Région). Le Conseil Général assure les trois quarts du financement. Si je ne me trompe pas, nous sommes d'ailleurs le seul projet artistique de danse à avoir été accepté dans le Gard ˝

 

Gérard Feldman

 

 

Si vous ne l'avez pas vu lors de sa diffusion sur ARTE, le Grillon vous recommande notamment le film "L'image Manquante"  de Rithy Panh :

 

"Mon enfance, je la cherche, comme une image perdue. Ou plutôt, c’est elle qui me réclame. Est-ce parce que j’ai 50 ans ?" Ce passé qui remonte comme une vague trop forte, c’est la vie brisée d’un jeune Cambodgien de 13 ans, qui en quelques mois, sous le régime des Khmers rouges, voit disparaître la plus grande partie des siens et survit en côtoyant quotidiennement la mort et l’horreur dans des camps de travail. Mais c’est aussi le bonheur tranquille anéanti par le génocide, "le monde d’avant, de la musique, de la douceur, de la famille", dont le souvenir n’est pas moins dangereux pour qui l’a irrémédiablement perdu. Ces images qui brûlent dans la mémoire ? le crime de masse, la maison familiale à Phnom Penh ? demeurent à jamais introuvables dans la réalité. Alors le cinéaste narrateur les fait revivre à sa manière. "Avec de la terre et de l’eau, avec les morts, les rizières, avec des mains vivantes, on fait un homme. Il suffit de pas grand-chose. Il suffit de vouloir. Son costume est blanc, sa cravate sombre. Je voudrais le tenir contre moi. C’est mon père…" Par la magie du cinéma, l’épure du commentaire, le talent d’un sculpteur, qui fait naître sous l’œil de la caméra personnages, décors et accessoires de glaise, puis les peint avec minutie, Rithy Panh parvient à évoquer, avec une émotion puissante et toujours contenue ce qui, pour tant de rescapés, demeure indicible : les souffrances vécues jour après jour, la douleur du survivant, l’amour pour ceux qu’on a perdus. Contrepoint des images de propagande filmées par le régime, ses minuscules poupées d’argile, animées d’une étonnante humanité, restituent toute l’inhumanité des quatre années de terreur khmère rouge."

 

Entretien avec M. Guilhem Brouillet – délégué adjoint du Festival documentaire de Lasalle.

 

Le festival du documentaire de Lasalle est toujours un moment important dans la vie du Val de Salindrenque. Il connaîtra sa 13ème édition du 28 au 31 mai 2014. Beaucoup de films, beaucoup de réalisateurs, beaucoup de monde... Comment s'organise une manifestation de cette envergure ? Nous sommes allés le demander à à M. Guilhem Brouillet, délégué adjoint du festival dont le directeur est le bien connu M. Henri de Latour. (La suite dans Le Grillon d'avil 2014)

 

Vous pouvez consulter le programme du Festival documentaire de Lasalle en ligne sur : http://fr.calameo.com/books/0023303506292c740e5c0

TELETHON 2013

Une nouvelle fois, la générosité des Lasallois ne s’est pas démentie. Le résultat est encore magnifique : 11.773,10 €

L’équipe de bénévoles s’est étoffée cette année et c’est près de 30 bénévoles, toutes générations confondues, qui se sont investis totalement dans la préparation et le déroulement des différentes activités proposées.

Les 1750 oreillettes confectionnées n’ont même pas suffi cette année à satisfaire toutes les demandes.

Superbe ambiance pour la soirée du vendredi très animée et qui s’est terminée tardivement (dur pour reprendre le lendemain ! ! ! ).

Le samedi, le beau temps était de la partie, beaucoup d’activités proposées tout au long de la journée : Pompiers, Gendarmerie, tour de Cimgo avec Fabien, fabrication de soupes, brocante, chorale, concours de boules, jeux, fabrication de guirlandes pour Noël …

Une des nouveautés de cette année a remporté un vif succès : une centaine de massages ont été effectués. Merci aux kiné et à l’esthéticienne pour cette super idée ! !

Le nombre de convives au repas a dépassé les 100 personnes.

Et pour terminer, le loto, comme toujours, a très bien marché avec beaucoup de lots superbes.

 

Fabien REULET nous a fait partager ce jour là son quotidien avec la maladie de son fils Romain et, s’il était utile de le rappeler, cela nous a permis de mesurer à quel point le téléthon est important et source d’espoir pour ces familles directement concernées par la maladie (cf témoignage de Fabien ci-dessous).

 

Bref, cette journée fut une grande réussite.

 

Encore merci à tous les donateurs, aux bénévoles qui ont organisé, à la Municipalité et à son personnel.

Nicole DAUMET

 

Témoignage

 

Pour nous, familles concernées par ce qui est une pathologie parmi d’autres (bien trop nombreuses), il est important de voir que les personnes se sentent convaincues de l’utilité d’une telle démarche.

Au delà de notre cas personnel, depuis 2 ou 3 ans, des médecins ont pu dire à des familles qu’il serait désormais possible de guérir après avoir eu l’espoir de vaincre.

 

Que de temps passé depuis le lancement de cette formidable machine qui est certainement pour toutes les familles touchées par la maladie la plus belle invention réalisée à ce jour. Les chercheurs eux-mêmes ont parfois été surpris comme par exemple par la carte du génome humain. Grâce au Téléthon, cette carte a été décryptée plus tôt que prévu malgré toutes les difficultés car c’est véritablement une prouesse de déterminer notre fonctionnement au plus profond de ce que nous sommes de par les gênes.

 

Il est donc désormais possible grâce aux dons récoltés durant plus d’un quart de siècle de vaincre quelques maladies mais hélas pas toutes les maladies. Mais lorsque l’on vit au quotidien une telle situation, une victoire quelle que soit la maladie est une victoire pour tous et de ce fait cela démontre aussi que l’être humain est fait pour progresser.

 

Indirectement, on constate également que les voies de recherches offrent de réels espoirs de guérison sur des maladies comme la DMLA, Azheimer ou Parkinson.

 

Le Téléthon, ce sont des essais cliniques internationaux réalisés à travers le monde. Il n’est pas seulement question d’essayer de guérir telle ou telle pathologie mais de vaincre le plus de maladies possibles : les myopathies, les maladies rares et aussi d’être auprès des familles comme la nôtre en leur apportant des conseils, des moments de répits et de l’écoute.

Toute personne qui constitue cet élan de générosité et qui construit cette chaîne humaine où chaque individu représente un maillon, reste pour les familles concernées et les proches de malades la plus belle lueur d’espoir.

 

Fabien REULET

JARDINS D'EMERAUDE

 En décembre dernier, les ˝ jardins familiaux ˝ proposaient aux lasallois une soirée festive autour d'un thème en cohérence avec leur vocation : la soupe (voir nos photos). Ils nous exposent ci-dessous les buts de leur association.

 

Créée en mars 2009 L'association « les jardins d’Émeraude, Jardins familiaux lasallois » a pour objet de permettre aux Lasallois de cultiver un jardin potager dans le respect de l'environnement, en favorisant le lien social.

 

En presque cinq ans, le nombre de ses adhérents a quadruplé pour atteindre aujourd'hui 38 familles détentrices d'une parcelle.

 

Cette association locale à but social est une réussite importante à plusieurs niveaux : sur le plan social (autonomie alimentaire et lien social), sur le plan environnemental mais aussi en terme de cohésion sociale à Lasalle.

 

Les Jardins D'Emeraude et leur utilité sociale

 

Les jardins familiaux s'inscrivent dans la lignée des jardins ouvriers créés dès la fin du XIXème siècle, dont l'intérêt traditionnel est de cultiver un jardin potager pour nourrir sa famille.Il représentent aujourd'hui un complément tout simplement vital pour certains

En effet, pour beaucoup d'entre nous, la possibilité de cultiver un jardin potager répond

avant tout à une nécessité alimentaire et économique, permettant des économies substantielles sur un budget mensuel de plus en plus limité.

 

Ouvert à tous les lasallois sans condition de ressources, un autre aspect contribue au succès de cette belle expérience : elle fait se retrouver autour de chantiers collectifs, d'échanges de graines et de méthode de jardinage des personnes en difficulté financière, des ˝anciens ˝ ayant des situations plus aisées, des personnes ayant un travail à plein temps, des étrangers (Tchétchènes, Roumains...), des locaux, des néo-ruraux.

 

Une nouvelle frange de la population lasalloise, débordant largement la catégorie des bénéficiaires des minimas sociaux, rejoint de plus en plus les jardins , redécouvrant ainsi leurs vertus.

 

Si chaque famille a son jardin, la proximité d'autres parcelles semblables contribue à créer du lien entre les jardiniers en favorisant la convivialité et la solidarité intergénérationnelle.

 

Cette mixité sociale contribue à ébranler des préjugés qui ont fait leur temps. Nombre de personnes sans emploi ne restent pas inactives et les Lasallois du cru, dans leur grande majorité, s'en réjouissent. Les jardins familiaux permettent en effet de retrouver la valeur du geste ainsi que le sens du travail et de l'effort.

 

Nous contribuons au respect de l'environnement

 

Consommés sur place à l'époque de leur production, ces fruits (baies) et légumes contribuent à diminuer notre empreinte écologique à la différence des produits du commerce souvent importés de pays lointains ;

 

La pratique de la culture sans produits phytosanitaire est inscrite au règlement intérieur de notre association. Les jardins familiaux permettent l'échange de bonnes pratiques écologiques telles que les cultures associées, ou encore, dans le souci d'économiser l'eau, les techniques de paillage et de compost.

 

En 2011, un bac à compost, en bois recyclé, nous a été déposé par le SYNTOMA ( syndicat de récupération et tri des déchets de la Communauté de Communes). Il est à la disposition de tous.

 

En accord avec ce qui est stipulé dans le bail et notre règlement intérieur, l'association des Jardins d’Émeraude s'est tout particulièrement attachée à préserver l'esthétique du terrain en toutes saisons, et, à cette fin, organise régulièrement des journée de travaux collectifs d'entretien (débroussaillage, tonte, entretien du mur, débarras des cultures fanées, etc...)

 

Il est vrai que, fumé par les moutons depuis des décennies, la qualité du sol est très favorable à la culture potagère.

 

Les Jardins contribuent à la cohésion sociale du village

 

L'école de Lasalle participe depuis le printemps 2011. Elle est adhérente. Les instituteurs de maternelle (moyenne et grande section) ainsi que les CE1 et CE2 ont pu développer des actions pédagogiques autour du jardinage et de la découverte des plantes,.

 

Elles sont l'occasion de mettre en place des activités de jardinage et de découvrir les nombreux prolongements pédagogiques qui en découlent (sensibilisation dès le plus jeune âge au développement durable, au cycle des saisons etc...)

 

La convivialité avec les autres habitants du village

 

Plusieurs fêtes ouvertes à tous les lasallois ont été organisées par les jardins familiaux et ont toujours constitué des temps forts de convivialité avec les habitants qui nous ont fait le plaisir et l'honneur de s'y joindre.

S'étant toujours déroulées dans une ambiance bon enfant et le respect du voisinage, ces temps festifs participent à ouvrir l'association sur le village. Récemment, une soirée soupes a permis aux Lasallois venus déguster les soupes issues de nos récoltes d'hiver de se réchauffer tout en écoutant les musiciens lasallois sympathisants de l'association venus animer la soirée.

 

Tout en ayant toujours eu une bonne santé financière , l'association des jardins d'Emeraude s'attelle au fil des saison a développer son projet social local, dont bénéficient un nombre croissant de lasallois. A ce jour, Cathy Biscaye s'occupe de l'administratif, Raymond Pantel de la Trésorerie de l'association, et pour toute demande de parcelle,vous pouvez téléphoner à Laurent Faucherre au 04 66 24 03 35

 

 

Texte transmis par Cathy Biscaye

     Comité de rédaction

              du Grillon

 

             Président:

     Frédéric Bourguet

 

            Membres:

Michaël Berly

Elizabeth Bonnaud

Alain Chevallier

Guillemette Chevallier

Geneviève Lafoux

Philippe Marteau

Luc Meilhac

Pascale Pecqueur

Michelle Sabatier

Sophie Thomas-Roubine

 

 

 




       ça y est : le Grillon 

    sort de son hibernation!

 

 

 






   

 Pendant son hibernation,

               le Grillon,

         toujours attentif

           à  l' actualité,

    continue de striduler

    dans le blog ci-joint:

       ne manquez pas

     de lui rendre visite !

      

 

       Si vous avez aimé le                         tome I  de 

       "Fous des Cévennes",

              ne ratez pas                               le Tome II.

      www.editions-Lacour.com

 

 Vu dans " l'Echo des Cévennes": le tome II de Fous des Cévennes" occupe la 5è place des meilleures ventes régionales selon le palmarès établi par la librairie                         Coularou 

     de Saint Hppolyte du Fort !                          (février 2015)

 

 

   

 

    


Ouvrez le livre de recettes du Grillon
Ouvrez le livre de recettes du Grillon

Un goût de Cévennes

 

       ******************

 


  

Infos communales et intercommunales

Cliquez pour accéder à Google Street
Lasalle sur Google Street

Lasalle : conseil municipal et agenda
http://www.lasalle.fr/

Monoblet

http://www.monoblet.org/

Ste Croix-de-Caderle

http://www.saintecroixdecaderle.fr/

Agglo du Grand Alès : http://www.alescevennes.fr/
portal/portal/ac/actu/journal-ales-agglo

CCPM

http://www.piemont-cevenol.fr/

CCCAC

Les comptes-rendus de réunion de la CCCAC sont disponibles sur le site de la commune de Lasalle

 

3175 habitants 12842 hectares
3175 habitants 12842 hectares